Thomas Voeckler (Europcar) revient sur sa victoire

le
0
Thomas Voeckler (Europcar) revient sur sa victoire
Thomas Voeckler (Europcar) revient sur sa victoire

Thomas Voeckler, quelle est votre première réaction après ce final exceptionnel et l?acquisition du maillot de meilleur grimpeur ?
(il souffle). Là, ça retombe un peu mais, franchement, après l?arrivée, c?était la satisfaction. J?ai vraiment apprécié. J?ai tellement douté, on peut le dire, avant le Tour quand j?étais blessé (ndlr : à un genou). J?ai passé huit jours sans rouler. On me disait que j?allais avoir de la fraîcheur pour la deuxième partie du Tour. Je leur répondais : « Oui, ce qui est sûr, je vais en chier au début. Est-ce que je serai bien après ? C?est une autre question. » Aujourd?hui, je voulais assurer le coup pour prendre le maillot à pois car il y avait une telle composition d?échappée que je croyais en la victoire mais je me disais qu?il y avait plein d?autres coureurs qui pouvaient gagner.

Qu?est-ce qui a fait la différence par rapport à vos derniers rivaux ?
Ça fait un peu le mec qui s?enflamme mais je ne pense pas avoir volé ma victoire parce que j?ai quand même assuré la plus grosse partie du travail dans l?échappée, dans les ascensions. A la fin, on peut dire que j?ai bien géré parce que j?ai gagné mais j?aurais très bien pu finir quatrième ou cinquième en ayant bien couru. Sur la fin, franchement, c?était hyper douloureux. Les 500 derniers mètres étaient interminables. Je me suis retourné : un coup, c?était Voigt, un autre coup; c?était Sanchez, à 150 mètres, c?était Scarponi. Dans ma tête, je me suis dit : « Non, ils ne vont pas me rattraper, c?est pas possible » (sourire). A cinq mètres de l?arrivée, j?ai levé le bras mais je crois que je n?avais pas assez de force pour lever les deux bras?

Comment s?est passée l?entente avec vos compagnons d?échappée ?
Dans le Grand-Colombier, comme je me sentais bien, je leur ai dit : « Moi, je veux bien assurer la plus grosse part de travail dans l?ascension mais vous me laissez le maillot à pois ». Ils m?ont dit oui mais vous savez, dans le vélo, il ne faut jamais faire trop confiance. Il faut souvent répéter les choses pour ne pas se faire couillonner (sic). J?ai préféré assuré en attaquant. C?était un peu un combat d?homme à homme et je suis content que sur la fin ce soit moi qui en sois sorti vainqueur.





Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant