Thomas Thévenoud : "Mon obsession est de corriger mes erreurs"

le , mis à jour le
0
Thomas Thévenoud à l'Assemblée nationale, en novembre 2014.
Thomas Thévenoud à l'Assemblée nationale, en novembre 2014.

Depuis janvier 2015, Thomas Thévenoud s?est fait mensualiser. Tous les 15 du mois, ses impôts sont prélevés directement sur son compte en banque. Le député de Saône-et-Loire soigne ainsi sa "phobie administrative". Après avoir passé neuf jours dans le costume de secrétaire d?État au Commerce extérieur en septembre 2014, il a été exclu du gouvernement pour ne pas avoir déclaré ses revenus. "Je sais ce que j'ai fait comme connerie et mon obsession depuis septembre est de corriger mes erreurs en étant prélevé", nous confie-t-il lundi soir, alors que le matin même il a découvert, par lettre recommandée, que l?administration de Bercy déposait une plainte contre lui pour "fraude fiscale".

"Une pelletée de terre sur un mec qui est déjà six pieds sous terre"

Thévenoud, qui rappelle avoir régularisé sa situation en payant 20 000 euros de pénalités sur trois ans, a immédiatement dénoncé "un acharnement". Il oscille entre colère et découragement. Cette plainte ? "C?est rajouter une pelletée de terre sur un mec qui est déjà six pieds sous terre", déplore-t-il. "Dans l'histoire de la République, aucun parlementaire n?a jamais été traduit devant la justice pour retard d?impôt", confie le député, non inscrit depuis son exclusion du PS.

"Je vais me battre"

L?ex-jeune espoir de la gauche - "le meilleur d?entre nous !" clamait Arnaud Montebourg à Frangy-en-Bresse - voit derrière ses nouveaux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant