Thomas Pesquet : trop parfait pour rester sur Terre ?

le
5
Le spationaute français Thomas Pesquet lors d'une conférence de presse, le 12 novembre 2015. 
Le spationaute français Thomas Pesquet lors d'une conférence de presse, le 12 novembre 2015. 

Alors que l'astronaute, Thomas Pesquet, membre de l'expédition en route pour la Station spatiale internationale, a décollé à bord d'un Soyouz, le traitement médiatique dont il est l'objet révèle une mesquinerie bien française, masquée sous des dehors pseudo-humoristiques. Il ne fait pas bon être « bon élève » en France.

Pilote de ligne, ingénieur, Thomas Pesquet a suivi un entraînement de près de sept ans pour parvenir à maîtriser les connaissances et posséder les capacités nécessaires à la survie dans la Station spatiale. Il parle six langues, est capable de mener à bien des expériences scientifiques extrêmement complexes et de procéder à des réparations techniques de haute précision. Sa résistance physique à toute épreuve est digne d'un athlète de haut niveau.

Une admiration teintée de détestation

De quoi remporter l'admiration ? Pas en France, apparemment. Le quotidien gratuit 20 Minutes

trouve ainsi très drôle de s'exclamer hier matin, dès l'introduction de l'article qui lui est consacré : « Bon débarras, car, même en orbite à 400 km de la Terre, le 10e astronaute français de l'histoire va nous énerver. » Et de glisser, au fil de l'énumération des qualités de l'astronaute, quelques piques acérées sur son parcours de « bon élève », qui est sorti d'une classe préparatoire et dont ? horreur ultime ! ? les parents...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5319573 il y a 7 mois

    aa&h la censure !!!! susceptible...

  • 2445joye il y a 7 mois

    La première des valeurs de gauche, c'est la haîne du travail. Alors, forcément, un type qui a travaillé d'arrache-pied toute sa vie pour en arriver là, ça les gonfle.

  • dpax12 il y a 7 mois

    Pauvre France !

  • masson33 il y a 7 mois

    Eh..oui....aujourd'hui il vaut mieux être migrant...avoir traversé un bout de mer à la nage pour fuir...pour captiver les foules...qui se ressemble...s'admire...la méritocratie est en marche...avec l'aide et la bénédiction de nos politiques niveau zéro....

  • janaliz il y a 7 mois

    Eh oui! Ainsi va la France où l'excellence est montrée du doigt ! Pas besoin d'aller bien loin ! Quand on voit ce qui nous sert de ministre de l'EN !