Thomas Meunier, le moulin à paroles

le
0
Thomas Meunier, le moulin à paroles
Thomas Meunier, le moulin à paroles

Auteur de performances inégales, Thomas Meunier ne se fait pas toujours remarquer sur le terrain, mais il le fait très bien dans les médias, où il a pris l'habitude de multiplier les déclarations irréfléchies. Une liberté de ton rafraîchissante, pour un joueur atypique dont le parcours a toujours été accompagné d'une certaine insouciance.

Alors que les fans du PSG, désormais habitués aux folies dépensières de leur club et qui attendent chaque été le caprice à plus de 50 millions de Nasser comme une tradition, spéculaient pour savoir quel cador rejoindrait la Ville lumière, le club de la capitale avait répondu début juillet de façon particulière. En plein Euro, en deux jours, le PSG se la joue mitraillette et annonce trois transferts coup sur coup. Le vendredi 1er juillet, c'est la signature d'Hatem Ben Arfa qui est officialisée. Celles de Grzegorz Krychowiak et de Thomas Meunier suivent le 3 juillet. Pas forcément les superstars attendues, surtout en ce qui concerne le dernier. Car un latéral droit déchaîne rarement les passions, surtout quand il débarque de Bruges et que sa sélection a perdu en quarts de l'Euro deux jours plus tôt.


Interrogé au cours de l'été sur ses ambitions personnelles avec le PSG, Meunier l'avait jouée profil bas, préférant une réponse convenue et respectueuse de la hiérarchie aux paroles tapageuses et conquérantes : " Serge Aurier fait très bien son travail. L'an dernier, quand on m'a demandé qui était mon exemple, j'ai cité Serge et Lahm. Je ne suis pas venu au PSG en ayant à l'esprit que j'allais être titulaire. Je suis là pour m'améliorer et je fais ce que le coach me demande. Si je joue tant mieux, sinon je prendrai mon mal en patience. " De la prudence, le pied bien calé sur le frein, en laissant la couronne du couloir droit à Serge Aurier. Curieux pour un joueur plus réputé pour son anticonformisme que pour sa mesure.

Pas dans le moule


Après l'élimination à l'Euro, le Belge n'avait mis que quelques jours avant de revenir dans l'Hexagone, son contrat avec le PSG signé et fourré au fond de sa poche. Mais le soir de la défaite de la Belgique, en commentant ce qui a été l'un des plus gros flops de l'Euro, Thomas Meunier avait fait rire le monde entier en balançant sur beIN : " On avait un tableau plus que favorable, on devait aller en finale. On a une équipe de superstars, notre équipe, c'est le Real Madrid de 2005, avec Beckham, Zidane, etc. C'est largement…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant