« Thomas est très calme, beaucoup plus que moi »

le
0
« Thomas est très calme, beaucoup plus que moi »
« Thomas est très calme, beaucoup plus que moi »

À peine âgé de 38 ans, ce Normand surdoué s'apprête à effectuer le voyage de sa vie, sept ans après avoir embrassé sa troisième carrière, celle de spationaute, après avoir été ingénieur en aéronautique au Cnes (Centre national d'études spatiales) puis pilote de ligne pour Air France. Avec Thomas Pesquet, l'Agence spatiale européenne (ESA) a décroché le gros lot : jeune, sympathique, doté d'un physique avenant et doué pour la communication, le 10e spationaute français de l'histoire et le premier depuis Léopold Eyharts il y a huit ans, maîtrise parfaitement son image et les réseaux sociaux, plus de 61 000 followers sur Twitter à la date d'hier (et ça augmente vite), canal qu'il alimente régulièrement, et surtout ces derniers jours.

 

La pression qui monte doucement autour de sa mission ne semble guère l'ébranler. « Il est très calme, beaucoup plus que moi », confiait même lundi sur le pas de tir Anne, sa compagne. « C'est impressionnant de voir à quel point ils sont préparés. Ils sont sans doute déjà dans un monde entre eux, où ils se préparent avec les instructeurs. »

 

Des livres de Saint-Exupéry et une playlist secrète

 

Copilote du vaisseau Soyouz, Thomas Pesquet sera chargé, une fois à bord de la Station spatiale internationale (ISS), de très nombreuses expériences scientifiques. Il ne manquera pas de temps pour les mener à bien, puisqu'il s'envole pour un séjour de six mois dans l'espace. Reste à savoir ce qu'il fera de son temps libre. Lire, puisqu'il s'apprête à emporter avec lui plusieurs ouvrages de Saint-Exupéry. Ecouter de la musique, aussi : l'accompagnera une playlist restée top secret, mais dont une source digne de foi nous indique qu'elle comportera du M83, groupe français d'électro dont il est fan, et pas uniquement parce que les musiciens tiennent leur nom d'une galaxie. Quant à faire de la musique en apesanteur, l'astronaute devra attendre un peu : le saxophone qu'il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant