Thomas Cook se dit sur la bonne voie pour 2017

le
0
THOMAS COOK, SEREIN POUR SA CROISSANCE 2017
THOMAS COOK, SEREIN POUR SA CROISSANCE 2017

LONDRES (Reuters) - Le voyagiste britannique Thomas Cook s'est dit mercredi en bonne voie de dégager de la croissance sur l'exercice en cours, ayant fait état d'un bon démarrage de ses réservations estivales.

L'action Thomas Cook bondit de 6,93% à 78,65 pence à la Bourse de Londres vers 9h00 GMT, surperformant l'indice FTSE en hausse de 0,59%. C'est aussi la deuxième hausse de l'indice FTSE Mid 250.

Thomas Cook reste toutefois "prudent" pour 2017 en raison des problèmes de sécurité en Turquie qui l'ont obligé en 2016 à transférer des capacités de transport et d'hotellerie ailleurs, notamment en Espagne.

Ces changements ont pesé sur les résultats si bien que le groupe britannique a dégagé sur son exercice annuel clos au 30 septembre un bénéfice d'exploitation ajusté de 308 millions de livres (360 millions d'euros). Ce chiffre est au-dessus de la prévision moyenne de 296 millions de livres des analystes mais il est un peu inférieur aux 310 millions réalisés l'an dernier.

Thomas Cook s'est dit confiant quant à sa rentabilité future et son conseil d'administration a recommandé le versement d'un dividende de 0,5 pence par action pour l'exercice 2016, conformément aux prévisions données l'an dernier.

"Nous sommes convaincus que notre stratégie de croissance rentable (...) nous aidera à atteindre un résultat d'exploitation annuel conforme aux attentes du marché", déclare le directeur général Peter Fankhauser, dans un communiqué publié mercredi.

Les réservations pour l'été prochain, période pendant laquelle Thomas Cook réalise l'essentiel de ses bénéfices, sont en progression sur tous ses marchés.

Les réservations des vacances d'hiver au Royaume-Uni sont en hausse de 2% mais les réservations hivernales en Allemagne sont en revanche en repli de 5%, les vacanciers boudant la Turquie après le coup d'Etat avorté de juillet.

Thomas Cook a par ailleurs indiqué que Condor, sa compagnie aérienne allemande, continuait de peser sur ses résultats en raison de la faiblesse de la demande et des surcapacités du marché aérien. Le voyagiste dit mettre en oeuvre un plan de redressement privilégiant les vols long-courriers au détriment des court-courriers.

(Sarah Young; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant