Thomas Cook affiche un bénéfice annuel en hausse de 49%

le
0
THOMAS COOK TIRE PROFIT DE SON PROGRAMME DE REDRESSEMENT
THOMAS COOK TIRE PROFIT DE SON PROGRAMME DE REDRESSEMENT

LONDRES (Reuters) - Thomas Cook a annoncé jeudi une hausse de 49% de son bénéfice d'exploitation annuel et relevé son objectif de réduction des coûts, dans le cadre d'un programme de redressement qui semble porter ses fruits pour le plus ancien voyagiste mondial.

Le bénéfice d'exploitation ressort à 263 millions de livres (316 millions d'euros) sur l'exercice annuel clos fin septembre, supérieur au consensus livré par le groupe lui-même, qui donnait 251 millions. Le chiffre d'affaires a augmenté de 1,3% à 9,32 milliards de livres. La marge d'exploitation a augmenté de 0,9 point à 2,8%.

Le voyagiste britannique, qui existe depuis 172 ans, se remet d'une chute marquée de ses ventes sur les deux exercices précédents, conséquence de la crise de la zone euro, d'un renchérissement des carburants et des troubles politiques et sociaux dans des destinations touristiques courues comme la Grèce, l'Egypte et la Tunisie.

Depuis 16 mois qu'elle en assume la direction générale, Harriet Green a progressivement amélioré la situation financière du voyagiste par des suppressions de postes, fermetures de boutiques et cessions d'actifs. Ces mesures ont eu pour effet de ramener la dette de 788 millions de livres il y a un an à 421 millions à présent.

Harriet Green a déclaré jeudi que l'entreprise suivait "à nouveau une trajectoire de croissance rentable". Thomas Cook vise à présent des économies de 440 millions de livres d'ici 2015, soit 10% de plus que prévu à l'origine, et compte en dégager un montant supplémentaire identique d'ici à 2018.

Thomas Cook a également relevé de 40% à 700 millions de livres son objectif de revenu des nouveaux produits d'ici 2015.

Herriet Green compte augmenter les profits de 500 millions de dollars dans les trois prochaines années en transférant de plus en plus d'activités en ligne.

Le voyagiste avait dévoilé en mai un plan de refinancement destiné à réduire la dette et à reprendre le versement d'un dividende d'ici la fin 2015.

L'action, qui a plus que triplé en 2013, a ouvert en hausse de plus de 11% à 170,3 pence.

Rhys Jones, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant