#ThisIsACoup : une campagne contre l'Allemagne sur Twitter

le
0
#ThisIsACoup : une campagne contre l'Allemagne sur Twitter
#ThisIsACoup : une campagne contre l'Allemagne sur Twitter

Alors qu'un accord vient à peine d'être annoncé entre la Grèce et l'Eurogroupe, les internautes jouent les trouble-fête sur Twitter. Dans la nuit de dimanche à lundi, en plein sommet européen sur un nouveau plan de sauvetage, le réseau social s'est enflammé contre la position jugée autoritariste de l'Allemagne, via le mot-dièse #ThisIsACoup : «ceci est un coup d'Etat».

Una vez más al pueblo griego se le ofrece la disyuntiva entre "pobre" o "esclavo". #ThisIsACoup #grexit #TsiprasLeaveEUSummit— Sandro Maccarrone (@smaccarrone) 12 Juillet 2015

A l'origine du hashtag : Sandro Maccarrone, un professeur de mathématiques et physique de Barcelone. En dix heures, #thisisacoup s'est répandu comme une traînée de poudre, répliqué des centaines de milliers de fois. Il est rapidement repris par les partisans de formations radicales de gauche, tel Pablo Iglesias, leader en Espagne de Podemos.

Todo nuestro apoyo al pueblo griego y a su gobierno frente a los mafiosos #ThisIsACoup— Pablo Iglesias (@Pablo_Iglesias_) 12 Juillet 2015

Le Prix Nobel d'économie américain Paul Krugman, fervent adversaire des politiques d'austérité, s'est lui aussi joint  au mouvement, écrivant sur son blog: «Le mot clé #ThisIsACoup est tout à fait juste», et qualifiant de «folie» les exigences adressées par ses créanciers à la Grèce, et dans lesquelles de nombreux internautes voyaient la marque de l'Allemagne.

Paul krugman dans le NYTIMES cette décision est une destruction totale de la souveraineté des peuples #ThisIsACoup pic.twitter.com/EmO5WKChhH— Marie Théobald (@theobaldmarie) 13 Juillet 2015

Pour Paul Krugman, ces exigences de rigueur relèvent de la «pure vengeance, de la destruction de toute souveraineté nationale», en mettant la Grèce «face à une offre qu'elle ne peut refuser».

Lundi en fin de matinée, #thisisacoup était encore l'un des plus utilisés dans de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant