Thierry Roland, la voix du foot, meurt en plein Euro

le
7
Thierry Roland, la voix du foot, meurt en plein Euro
Thierry Roland, la voix du foot, meurt en plein Euro

PARIS (Reuters) - Le journaliste sportif Thierry Roland, figure historique et parfois controversée du football à la télévision française, est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l'âge de 74 ans.

En activité depuis près 57 ans, il avait dû renoncer in extremis à l'Euro 2012 après une opération pour des complications dues à des calculs biliaires.

Selon Jacques Vendroux, directeur des sports de Radio France et proche de Thierry Roland, il a succombé à un accident vasculaire cérébral.

François Hollande a dit sa "tristesse". "Je sais qu'il se réjouissait encore hier soir de la victoire de notre équipe de France, qu'il a suivie pendant 13 Coupes du monde et accompagnée de sa voix forte pendant 50 ans", poursuit le chef de l'Etat dans un communiqué, au lendemain du match France-Ukraine (2-0).

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a salué "un homme plein et entier".

"Nous nous souviendrons de sa connaissance encyclopédique du football et de son grand professionnalisme mais aussi de ses excès, de ses coups de sang (...) et de son amour inconditionnel pour le maillot tricolore", rappelle la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, dans un communiqué.

Le sélectionneur national Laurent Blanc, au nom de l'équipe de France et de tout l'encadrement, lui a rendu hommage.

"Un amoureux du sport disparaît. Cela nous a beaucoup touchés. C'était une personne qui aimait le sport et que, personnellement, j'appréciais beaucoup. C'était une encyclopédie du football", a-t-il déclaré.

Voix du foot sur TF1 depuis 1984, Thierry Roland avait pris sa retraite en juin 2005 pour annoncer quatre mois plus tard son retour à l'antenne sur M6.

Le journaliste, qui n'avait pas commenté de compétition internationale depuis l'Euro 2004, devait reformer son duo historique avec Jean-Michel Larqué lors du match France-Ukraine.

"Il se faisait une telle joie de reformer le tandem. Il est parti sans ça. Le plus terrible c'est que sa dernière joie, j'aurais pu la lui procurer", a déclaré ce dernier sur France Info.

Entré au service des sports de la RTF en 1955 à l'âge de 18 ans, il commente sa première Coupe du monde en 1962 au Chili avant de rejoindre France Inter en 1969, puis de passer sur Antenne 2 en 1975.

SAILLIES

Sur la deuxième chaîne, il est d'abord associé à Bernard Père, puis à l'ancien joueur de Saint-Etienne, Jean-Michel Larqué, à partir de 1979. Au long de sa carrière, il a couvert 13 Coupes du monde et neuf championnats d'Europe des nations.

"Le dernier des grands anciens journalistes sportifs de la télévision française nous a quittés", déclare la direction de France Télévisions, évoquant les polémiques nées de certains de ses commentaires.

"Thierry Roland était un franc tireur, ce qui lui valu d'être apprécié du plus grand nombre, mais aussi critiqué", poursuit le communiqué. "Il n'en reste pas moins la référence des commentateurs, nous ayant fait vibrer aux plus grands événements sportifs de ces cinquante dernières années, et sa voix restera dans nos mémoires."

Ses déclarations à l'emporte-pièces, teintées de cocorico, à l'antenne lui ont valu une forme de popularité et avait contribué à en faire un personnage de la télévision que Les Guignols de l'Info avaient par la suite caricaturé.

L'un de ses premiers dérapages passés à la postérité fut le "Je n'ai vraiment pas peur de le dire, M. Foote, vous êtes un salaud" lancée à l'adresse de l'arbitre du match Bulgarie-France en octobre 1976. Ce dernier s'était rendu coupable, à ses yeux, d'avoir accordé un penalty aux Bulgares à quelques minutes de la fin du match conclu sur un nul 2-2.

"L'équipe de France est championne du monde en battant le Brésil 3-0 (...) Je crois qu'après avoir vu ça, on peut mourir tranquille", s'était-il exclamé lors du sacre mondial des Bleus le 12 juillet 1998 au Stade de France.

D'autres expressions telles que "Fauché comme un lapin en plein vol", "il n'a pas fait le voyage pour rien" ou encore "ils ne passeront pas leurs vacances ensemble" sont passées à la postérité.

Ses saillies avaient parfois fait lever des sourcils comme son commentaire sur l'arbitre tunisien du match Angleterre-Argentine en quart de finale de la Coupe du monde 1986.

Ou encore, ses propos sur les joueurs sud-coréens à l'occasion d'un match amical de préparation entre la Corée du Sud et la France avant le Mondial 2002.

Né le 4 août 1937 à Boulogne-Billancourt d'un père bijoutier et d'une mère russe, il ne fut jamais un grand pratiquant du ballon rond mais fut l'ami de nombreux joueurs et présidait le Variétés Club de France où évoluent d'anciens internationaux et des personnalités du spectacle.

Au total, Thierry Roland a commenté plus de 1.300 matches et s'est imposé, selon le président de Ligue de football professionnel (LFP), Frédéric Thiriez, comme "la voix du football".

Jean-Philippe Lefief, Pascal Liétout, Jean-Baptiste Vey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Al2175 le samedi 16 juin 2012 à 21:32

    au revoir monsieur, vous avez marqué une generation, la mienne en tout cas.

  • 2445joye le samedi 16 juin 2012 à 16:12

    Il n'avait jamais cédé à la mode horripilante de Canal+ qui consiste à faire prendre un match médiocre pour un évènement exceptionnel en braillant comme un âne pour peu que quelqu'un frappe le ballon. Dans ce monde devenu détestable du foot, il était resté lui-même et l'égal de Couderc pour le rugby.

  • jean.e le samedi 16 juin 2012 à 16:09

    tiens le foot ca devient drole

  • emresibe le samedi 16 juin 2012 à 12:54

    que Dieu t'ouvre les porte du Paradis.

  • perneyfr le samedi 16 juin 2012 à 12:08

    "Tout à fait Jean-Michel... ". Merci pout tes commentaires enflamés : ADIEUX

  • JJYYBB le samedi 16 juin 2012 à 10:47

    ADIEU

  • jpuech1 le samedi 16 juin 2012 à 09:47

    Salut et Adieu Thierry. Tu es de ceux qu'il sera impossible d'oublier, tant tu as marqué le reportage sportif.