Thierry Mariani met en garde ses amis de la Droite populaire

le
0
INTERVIEW - Pour le ministre des Transports, «la Droite populaire ne doit pas être la droite de la surenchère et de la caricature».

LE FIGARO. - La Droite populaire vient de fêter sa première année. Quel bilan tirez-vous ?

Thierry MARIANI. - La Droite populaire, que j'ai lancée avec Lionnel Luca, compte 44 députés. Elle s'est installée dans le paysage politique. C'est un courant d'idées, un label qui n'a pas de hiérarchie, pas de moyens financiers et même pas de compte en banque. La Droite populaire, c'est un nom, un site Internet. Nous souhaitons représenter la majorité anonyme et silencieuse qui a voté Nicolas Sarkozy en 2007 et qui est attachée aux valeurs de la droite : l'autorité, la méritocratie, l'attachement à la France.

On vous reproche de participer à la droitisation de l'UMP. Comment réagissez-vous ?

La majorité raisonne en 2011 comme elle raisonnait en 2002, lorsque l'UMP a été créée. On ne cesse de nous répéter qu'il faut faire une place aux centristes et aux libéraux. Mais on oublie que l'électorat s'est déplacé vers la droite. Nous sommes un certain nombre à pen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant