Thierry Henry : roi dans son royaume

le
0

Eliminé des play-offs avec les New York Red Bulls, Thierry Henry va probablement tirer sa révérence. Et il pourra toujours se dire qu'il a fait l'unanimité à un endroit, Arsenal.C'était peut-être ce qu'il voulait, lui, le fan de NBA et la véritable encyclopédie de son sport. Au moment de tourner la page, Thierry Henry voit les chiffres défiler, les siens : 411 buts inscrits dans toute sa carrière, un record pour un Français, dont 228 avec Arsenal et 51 avec l'équipe de France, deux records là aussi. Niveau armoire, il ne lui manque aucun trophée, si ce n'est le Ballon d'Or : Coupe du monde, Euro, Coupe des confédérations, Ligue des champions, championnats de France, d'Angleterre, d'Espagne... Dans sa carrière, Henry peut se targuer d'avoir fait partie de trois équipes d'exceptions : l'équipe de France 98-2000, les Invincibles d'Arsenal et le Barça de Pep Guardiola. Pas le fruit du hasard pour un joueur élu par exemple homme du match le jour de la finale de l'Euro 2000 contre l'Italie. Pour couronner le tout, Henry sait aussi faire dans la longueur : il est le seul Français a avoir participé à quatre phases finales de Coupe du monde. Dans le lot, il y a deux fiascos, mais aussi les deux plus beaux parcours de l'histoire de la sélection frappé du coq. Où il a à chaque fois été le meilleur buteur de l'équipe.
Pourquoi tant de haine ?
La fin de sa carrière devrait donc provoquer un séisme aussi grand que les sorties de Platini et de Zidane, mais il n'en sera rien. Il n'est même pas fou de penser que la petite mort de ses deux potes et attaquants de la même génération, David Trezeguet et Nicolas Anelka, soulèveront bien plus d'enthousiasme. Et ce n'est pas parce que son dernier match est une partie où Charlie Davies, un mec qui a une grosse circonstance atténuante mais qui ne s'est tout de même pas imposé à Sochaux, l'a éliminé avec un doublé. S'il veut se mentir, Henry pourra toujours se dire que son plus gros défaut aura été sa nationalité. Lui qui était surnommé "France Football" dans ses jeunes années tant il connaissait tout sur tout sur le ballon rond, a dû composer avec un pays qui n'a pas de culture foot. Un pays qui en a fait l'ennemi public numéro 1, laissant des gens aussi importants que Christophe Dechavanne exprimer leur dégoût de voir leur capitaine s'aider de la main pour gagner. Mais s'il ne méritait pas ça, Henry n'est pas pour autant dans la catégorie des "mecs cools". Il a fait le forcing pour quitter Monaco, il a repoussé vivement des dizaines et des dizaines de fois les coéquipiers qui venaient se coller à lui lors de ses célébrations de...

C'était peut-être ce qu'il voulait, lui, le fan de NBA et la véritable encyclopédie de son sport. Au moment de tourner la page, Thierry Henry voit les chiffres défiler, les siens : 411 buts inscrits dans toute sa carrière, un record pour un Français, dont 228 avec Arsenal et 51 avec l'équipe de France, deux records là aussi. Niveau armoire, il ne lui manque aucun trophée, si ce n'est le Ballon d'Or : Coupe du monde, Euro, Coupe des confédérations, Ligue des champions, championnats de France, d'Angleterre, d'Espagne... Dans sa carrière, Henry peut se targuer d'avoir fait partie de trois équipes d'exceptions : l'équipe de France 98-2000, les Invincibles d'Arsenal et le Barça de Pep Guardiola. Pas le fruit du hasard pour un joueur élu par exemple homme du match le jour de la finale de l'Euro 2000 contre l'Italie. Pour couronner le tout, Henry sait aussi faire dans la longueur : il est le seul Français a avoir participé à quatre phases finales de Coupe du monde. Dans le lot, il y a deux fiascos, mais aussi les deux plus beaux parcours de l'histoire de la sélection frappé du coq. Où il a à chaque fois été le meilleur buteur de l'équipe.
Pourquoi tant de haine ?
La fin de sa carrière devrait donc provoquer un séisme aussi grand que les sorties de Platini et de Zidane, mais il n'en sera rien. Il n'est même pas fou de penser que la petite mort de ses deux potes et attaquants de la même génération, David Trezeguet et Nicolas Anelka, soulèveront bien plus d'enthousiasme. Et ce n'est pas parce que son dernier match est une partie où Charlie Davies, un mec qui a une grosse circonstance atténuante mais qui ne s'est tout de même pas imposé à Sochaux, l'a éliminé avec un doublé. S'il veut se mentir, Henry pourra toujours se dire que son plus gros défaut aura été sa nationalité. Lui qui était surnommé "France Football" dans ses jeunes années tant il connaissait tout sur tout sur le ballon rond, a dû composer avec un pays qui n'a pas de culture foot. Un pays qui en a fait l'ennemi public numéro 1, laissant des gens aussi importants que Christophe Dechavanne exprimer leur dégoût de voir leur capitaine s'aider de la main pour gagner. Mais s'il ne méritait pas ça, Henry n'est pas pour autant dans la catégorie des "mecs cools". Il a fait le forcing pour quitter Monaco, il a repoussé vivement des dizaines et des dizaines de fois les coéquipiers qui venaient se coller à lui lors de ses célébrations de...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant