Thierry Gouvenou : " Certains coureurs réclamaient l'annulation plus fort que d'autres "

le
0
Thierry Gouvenou : " Certains coureurs réclamaient l'annulation plus fort que d'autres "
Thierry Gouvenou : " Certains coureurs réclamaient l'annulation plus fort que d'autres "

Le directeur de course de Paris-Nice Thierry Gouvenou revient sur les circonstances de l'annulation de la troisième étape.

Thierry Gouvenou, racontez-nous cette 3eme étape de Paris-Nice...
C’était une étape assez délicate du point de vue de la météo. On est parti sous la pluie et au passage d’un col, la pluie s’est transformée en neige, et la sécurité des coureurs n’était plus assurée dans la descente, avec une route enneigée, et il a fallu prendre la décision d’annuler cette étape. On a commencé par neutraliser, avec l’espoir de pouvoir redonner un départ dans le final et pouvoir tourner autour de ce Mont Brouilly et avoir une vraie course. Mais on s’est très vite rendu compte que comme les coureurs avaient déjà parcouru trois heures sous la pluie, ça allait être difficile de reprendre le cours de l’étape, et on a annulé.

Comment avez-vous pris cette décision d’annuler ?
Je suis en voiture avec le président du jury, qui représente l’Union cycliste internationale, et ça s’est fait en concertation avec lui. Nous avions mis en amont des personnes de l’organisation qui sont allées vérifier l’état des routes, et une fois qu’on avait la confirmation que la route était impraticable, ça a fait très naturellement par une concertation avec le président.

Et les coureurs, qu’en ont-ils pensé ?
Il y en a quelques-uns qui réclamaient plus fort que les autres, mais il n’y a pas vraiment eu de gens vindicatifs.

Les coureurs qui ont abandonné ce mercredi peuvent-ils être réintégrés ?
La course a été arrêtée au sommet d’un col, au km 96. Tous les coureurs qui ont abandonné avant sont bel et bien considérés comme abandons. En revanche, aucun écart ne sera pris en compte. Tous les coureurs qui étaient en course à ce moment-là seront crédités du même temps. Les bonifications ne sont pas prises en compte non plus. On ne prendra que les points des classements annexes.

Propos recueillis par notre envoyé spécial sur Paris-Nice, Nicolas BERTE

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant