Thierry Antinori, dans le cockpit d'Emirates

le
0
Thierry Antinori, le Français qui fait bouger Emirates.
Thierry Antinori, le Français qui fait bouger Emirates.

Un Français à la tête d'Emirates ? Non, ce n'est pas de la science-fiction. Pas depuis que Thierry Antinori, 52 ans, a posé ses valises à Dubaï avec femme et enfants. En octobre 2011, il rejoint Emirates comme responsable des ventes monde, de l'optimisation des recettes, du programme de fidélisation Skywards et des destinations. Un périmètre tellement large qu'il s'apparente à un fauteuil de numéro deux de cette compagnie aérienne à la croissance fulgurante. Parmi les objectifs d'Antinori : remplir la quarantaine d'A380 en service et la centaine en commande à venir. C'est en entrant à Air France en 1986 que Thierry Antinori, ancien de l'Essec, alors âgé de 25 ans, a acquis les bases du métier de dirigeant de compagnie aérienne. Peut-être à la meilleure école, celle de Christian Blanc. Ce patron avait sauvé la compagnie de la faillite (déjà), structuré le réseau en hub autour de Roissy-CDG et instauré le "yield management" (gestion fine ayant pour objectif l'optimisation du chiffre d'affaires, NDLR) en indexant les tarifs des billets d'avion sur la demande et le remplissage. Après être devenu directeur général d'Air France pour l'Allemagne, Antinori est recruté en 1997 par la concurrente Lufthansa pour s'occuper du sud de l'Europe. Il siège au board (conseil d'administration, NDLR) - du jamais-vu pour un étranger - dès 2000 comme vice-président ventes et distribution. Apprécié à Francfort pour la french touch qu'il apporte...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant