Theresa May saura jeudi si le Parlement doit approuver le Brexit

le
0
    LONDRES, 3 novembre (Reuters) - La Première ministre 
britannique, Theresa May, saura ce jeudi si elle doit solliciter 
l'approbation du Parlement pour déclencher le processus de 
sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. 
    La Haute Cour a été saisie le mois dernier d'un recours de 
plaignants qui estimaient que la Première ministre Theresa May 
et son gouvernement ne disposaient pas de l'autorité d'invoquer 
l'article 50 du Traité européen de Lisbonne 
    Cette décision est attendue avec impatience, tant par la 
classe politique britannique qu'à Bruxelles ou sur les marchés 
où l'on juge qu'elle lèvera les doutes entourant les modalités 
de la sortie du Royaume-Uni. 
    Theresa May a répété à plusieurs reprises qu'elle était 
déterminée à respecter le choix exprimé le 23 juin par les 
électeurs britanniques et elle estime que sa fonction l'autorise 
à déclencher dès mars l'article 50 du Traité de Lisbonne qui 
ouvrira une période de deux années de négociations entre les 
autorités britanniques et européennes afin de déterminer les 
termes du divorce entre Londres et Bruxelles. 
    Si la justice britannique estime le contraire, les membres 
du Parlement pourraient être amenés à s'exprimer pour décider 
s'il faut déclencher la procédure prévue dans l'article 50 et en 
fixer le calendrier et repousser ainsi, voire bloquer, le projet 
de sortie. 
    John Thomas, le plus haut magistrat de l'ordre juridique 
anglais, et ses deux assesseurs devraient rendre leur décision à 
10h00 GMT. Quelle qu'en soit la teneur, la décision devrait être 
contestée dans la foulée devant la Cour suprême, la plus haute 
juridiction britannique, pour une audience en décembre. 
    Près des trois quarts des 650 membres de la chambre basse du 
Parlement britannique étaient partisans du maintien du 
Royaume-Uni au sein de l'Union européenne, mais un sondage 
réalisé en octobre dernier montre que beaucoup d'entre eux sont 
désormais disposés à suivre l'avis des électeurs. 
 
 (Michael Holden, Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant