Théorie du genre à l'école : la polémique enfle autour de la disparition d'un site

le
1
Théorie du genre à l'école : la polémique enfle autour de la disparition d'un site
Théorie du genre à l'école : la polémique enfle autour de la disparition d'un site

Retour à l'envoyeur. Mardi, Sébastien Huyghe, délégué général de l'UMP, diffusait un communiqué à charge contre le gouvernement, l'accusant de vouloir «faire disparaître les preuves de son implication dans la promotion du "genre" à l'école». Le député du Nord s'étonnait que le site Internet de Ligne Azur, un dispositif destiné aux adolescents qui s'interrogent sur leur orientation sexuelle, soit indisponible depuis lundi, en plein débat sur l'enseignement de la théorie du genre à l'école. Soutenu par le gouvernement, ce service d'aide et d'écoute aux jeunes s'intéresse aussi à ce qu'il nomme l'«identité de genre», à savoir le «sentiment d'être (plutôt) un homme ou (plutôt) une femme».

Dans le viseur du cadre de l'UMP, un tableau et un texte selon lesquels, pour certaines personnes, «le sexe biologique et l'identité de genre ne (coïncident) pas». Autant de «preuves» que la gauche chercherait, selon lui, à dissimuler en «caviardant» le site.

Des campagnes d'affichage

En réalité, Ligne Azur a reçu l'agrément du ministère de l'Education en 2009, avant que Vincent Peillon y prenne ses fonctions et travaille à faire connaître le dispositif. Ses deux prédécesseurs, Xavier Darcos et son successeur Luc Chatel, avaient tous deux invité les recteurs à relayer les campagnes d'affichage de Ligne Azur au nom de la lutte contre l'homophobie à l'école. Dans une lettre aux chefs d'établissements et aux académies, Luc Chatel écrivait en 2011 : «Ce dispositif répond à un besoin, tant des élèves qui s'interrogent sur leur orientation sexuelle et qui ont besoin de partager leur questionnement en toute confiance, que d'autres qui, en raison de leur orientation sexuelle, sont victimes d'homophobie à l'intérieur ou en dehors de leur établissement scolaire.»

Jeudi, Luc Chatel s'est défendu, sur I-Télé, d'avoir défendu la théorie du genre : «Nous avons en 2009 revu le contenu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le jeudi 6 fév 2014 à 20:43

    UM-PS