The wire : Paul Gascoigne

le
0
The wire : Paul Gascoigne
The wire : Paul Gascoigne

"J'aimerais échanger mon portable contre un cercueil parce que ces types ont bousillé ma vie. Je n'ai plus de vie", déclarait ce mardi Paul Gascoigne devant la Haute Cour de Londres. Placé sur écoute pendant plus de dix ans, non, pas par McNulty, mais par des journalistes du Mirror, Gazza attend que la justice fasse la lumière sur des pratiques pas si nouvelles outre-Manche.

Décrié, raillé, voire oublié, Paul Gascoigne évoque aujourd'hui plus les odeurs de cendriers froids et de fins de bières tièdes de lendemain de soirée que celles des vertes pelouses de l'Angleterre. À juste titre d'ailleurs, tant la liste des frasques et dérapages de l'attaquant anglais est longue. Si George Best est le cinquième Beatles, Paul Gascoigne est incontestablement le septième Iron Maiden, le cinquième Black Sabbath, le Beethoven du ballon rond. Mais tout n'est peut-être pas aussi simple. Car si le nom de Gazza fait aujourd'hui sourire, il masque un homme qui souffre de plusieurs pathologies dont on commence à comprendre petit à petit les causes. Si rien ne peut être totalement excusé, tout peut être expliqué. En le plaçant sur écoute pendant une décennie entière, les journalistes peu scrupuleux, avides de nouvelles fraîches, ont donné de bonnes raisons à Gascoigne de lâcher prise avec la réalité.
Les bandes de Gazza
Si l'audience s'est ouverte cette semaine à la Haute Cour de Londres, l'histoire est longue à retracer. Le 13 février dernier, le groupe Trinity Mirror PLC, qui publie les journaux du Mirror, avait présenté des excuses publiques aux huit personnalités lésées par ces écoutes illégales : Alan Yentob, Shane Richie, Lucy Taggart, Shobna Gulati, Lauren Alcorn, Robert Ashworth, Paul Gascoigne et Sadie Frost, les deux derniers étant les plus sévèrement touchés. Espionné de 2000 à 2010, Gascoigne est apparu abattu devant la Cour, complétant son témoignage oral par une lettre à l'attention du juge. "Je suis devenu obsédé par l'idée d'être sur écoute. J'avais l'impression d'être regardé ou écouté tout le temps pendant des années. La pression que j'ai dû supporter était bien au-delà de ce qu'une personne saine peut supporter" peut-on y lire. "Ce qui m'attriste le plus, c'est que tout le tort causé à ma famille ne peut plus être réparé. Mes excuses ne suffiront pas à remonter le temps et à effacer le mal que je leur ai causé." Au total, ce sont 18 articles que le groupe a reconnu avoir écrit à propos du footballeur à l'aide de ces bandes illégales. Présent à la barre ce jeudi, Dan Evans, un ancien reporter du Mirror reconnu coupable d'avoir mis en place des réseaux d'écoutes, a expliqué que ce savoir-faire lui avait été transmis dès son arrivée à la rédaction, en 2003. D'après le journaliste du Guardian présent à l'audition, Josh...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant