The Einstein Tremolos : "Tout le monde se fiche de la rivalité Nancy-Metz"

le
0
The Einstein Tremolos : "Tout le monde se fiche de la rivalité Nancy-Metz"
The Einstein Tremolos : "Tout le monde se fiche de la rivalité Nancy-Metz"

Issus de Paris, de Metz, de Caen et de Nancy, les quatre membres de The Einstein Tremolos, aujourd'hui basés à Paris, ont tous un regard singulier sur le foot. C'est toutefois avec le nancéien et bassiste de la bande, Xavier Guéant, que l'on s'est entretenu autour de l'ASNL, de l'Atletico Madrid et de l'ambiance dans les stades

Parait que le groupe est très fan du FC Metz. Ce n'est pas ton cas, non ? En fait, Simon, qui a fondé le groupe à Metz avec des potes de son lycée avant de venir sur Paris, est un passionné du FC Metz, le genre de mec qui a pas mal écumé les tribunes de Saint-Symphorien et qui a vécu la période dorée du FC Metz à la fin des années 90 lorsqu'il avait 12-13 ans. De mon côté, je suis de Nancy. Autant te dire qu'il y a déjà sur le papier un gros contentieux entre Simon et moi. Je sais que tout le monde se fiche de cette rivalité, mais l'opposition Nancy-Metz est très importante (rires).
Contrairement à Simon, tu n'as donc pas connu de grande période nancéienne ? Non, nous on a grandi avec le spectre de Platini, mais sans trop y croire (rires). Il y a bien eu une flambée en 2006, mais je ne suivais plus trop le club à ce moment-là. Depuis, je m'y suis remis un peu, mais la réalité du foot a repris ses droits. Nancy, c'est avant tout une ville de Basket qui réussit à faire quelques performances dans le foot tous les 30 ans. Ce qui m'a sans doute détaché du club, c'est aussi le manque de joueurs attachants ou charismatiques. Ça, et le fait que je vivais en Espagne et que je m'étais pris de passion pour l'Atlético.
Pourquoi ce club ? Ma mère est espagnole et un grand nombre de ma famille vit à Madrid. On habitait juste à côté du stade Vicente-Calderón. Il y avait donc un aspect proximité et familial. De plus, pour avoir fait de nombreux stades, je peux te dire que celui de l'Atlético est vraiment celui avec la meilleure ambiance, du moins la plus familiale. Je sais que ça peut paraître facile ou classe de supporter l'Atlético ces cinq dernières années, mais ça n'a pas toujours été aussi évident. Avant la victoire en Liga et les titres en Ligue Europa, il y a eu de nombreuses années de dèches. Mon premier match, il y avait encore Simeone comme joueur et Torres commençait à peine. A l'époque, l'équipe se battait pour une qualification en intertoto.
Tu dis avoir fait beaucoup de stades. Lesquels en particulier ? Bien que la haine du Real Madrid à tendance à unir les différents membres de ma famille, je dois avouer avoir été plusieurs fois à Bernabéu. A l'époque de Beckham, Zidane et Figo, il aurait fallu être…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant