"The Chicago Plan" : l'idée oubliée pour sauver l'économie mondiale ?

le
6

Panique bancaire en 1929, des Américains font la queue devant la Millbury Bank du Massachusetts pour récupérer leurs économies.
Panique bancaire en 1929, des Américains font la queue devant la Millbury Bank du Massachusetts pour récupérer leurs économies.

 

Les élections européennes sont là pour le rappeler : les Français sont de plus en plus sceptiques vis-à-vis de la construction européenne. Particulièrement sur ses avantages économiques. Qu'on soit pour ou contre, l'euro n'a en rien constitué une barrière contre le séisme déclenché par la crise financière de 2008. Au contraire, celle-ci a révélé le défaut de construction de la monnaie unique, au point qu'elle est passée tout près de la disparition, fin 2011-début 2012. Son évolution paraît donc indispensable.

Mais la correction des défauts de conception de l'euro ne sera pas suffisante pour protéger l'Europe contre l'instabilité chronique du système financier, encore illustrée par la crise des "subprimes" américains. C'est pourquoi certains proposent de changer de fond en comble l'organisation du système actuel, en s'attaquant à ce qu'ils pensent être la racine du mal : le pouvoir de création monétaire aux banques privées.

Une idée défendue par le Prix Nobel français d'économie

Encore une utopie sortie du chapeau de quelques extrémistes de la gauche de la gauche ? Pas du tout. L'idée est ancienne. Des économistes plutôt libéraux de l'École de Chicago, au premier rang desquels Irving Fisher, l'avaient déjà proposée dans les années trente pour mettre fin à un système qui venait d'enfanter la crise financière de 1929 et la grande dépression.

Aujourd'hui, le "Chicago Plan" est explicitement défendu par le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.e le mardi 27 mai 2014 à 16:41

    vous mettez tout sur le dos de l economie et rien sur l immigration et la delinquanceavez rien compris

  • caogan77 le mardi 27 mai 2014 à 14:54

    article intéressant comme on aimerait en lire plus souvent mais il manque un peu d'analyse des effets pervers, il me semble que les états avaient renoncé à la création de monnaie infini pour limiter l'inflation qui était galopante à cette époque.

  • d.e.s.t. le mardi 27 mai 2014 à 14:51

    Cette "idée oubliée" voudrait nous faire prendre pour des c.on.s? Si on n'en a rien fait c'est que les politiciens sont en grande majorité peu ou pas du tout éduqués en économie et plutôt stupides, et que les lobbies financiers sont très riches, c'est aussi simple que ça!

  • lorant21 le mardi 27 mai 2014 à 14:42

    Ce serait possible si les états etaient raisonnables... mais depuis 30 ans, qui ne voit pas que ce sont les gouvernements français successifs qui piquent dans la caisse.. Si elle était garnde ouverte, ils piqueraient encore plus!

  • poczebow le mardi 27 mai 2014 à 12:55

    L'euro ne fonctionnera pas, sans la possibilité de dévaluation d'une monnaie nationale respective les pays s'enfonceront dans la crise, par ailleurs je me demande d'où sort cette théorie selon laquelle l'euro aurait protégé de la crise, tous les experts disent non seulement le contraire mais en plus démontrent noir sur blanc chiffre à l'appui que si les pays avaient conservés leurs monnaies la crise des subprimes aurait été beaucoup moins destructrice.

  • guerber3 le mardi 27 mai 2014 à 12:43

    Eliminer les banques privées de la fabrication des fausses monnaies, c'est mettre sa vie en danger de mort..., c'est arrivé à ceux qui ont trop insisté...!