Thales voit s'éloigner la vente de sa signalisation à Alstom

le
0
    * Le sujet n'est plus à l'ordre du jour-source 
gouvernementale 
    * Dassault favorable au maintien chez Thales de cette 
activité-PDG 
    * L'Etat et Dassault sont les 2 principaux actionnaires de 
Thales 
 
 (Actualisé avec source gouvernementale) 
    par Cyril Altmeyer et Jean-Baptiste Vey 
    PARIS, 25 octobre (Reuters) - L'Etat et Dassault Aviation 
 AVMD.PA  ont conforté mardi Thales  TCFP.PA  dans son souhait 
de conserver la signalisation ferroviaire qu'Alstom  ALSO.PA  
lorgne pour étendre son activité. 
    Selon BFM Business, latribune.fr et Le Monde, l'Etat, 
premier actionnaire de Thales, oeuvrerait pour qu'Alstom 
 ALSO.PA  puisse récupérer l'activité de signalisation de Thales 
afin de se renforcer après le psychodrame créé par le projet de 
fermeture de l'usine de Belfort du groupe ferroviaire. 
  
    "La signalisation ne va pas bouger, là, maintenant, parce 
qu'il y a une situation de blocage entre Thales et Alstom", 
a-t-on déclaré à Reuters de source gouvernementale."Je ne pense 
pas que ce soit la priorité maintenant. Je pense qu'il faut 
arrêter là les échanges sur la signalisation". 
    Le sujet n'est donc plus sur la table, a ajouté la source, 
sauf à vouloir engager un bras de fer avec les groupes 
concernés, ce qui n'est pas souhaitable. 
    L'Etat détient 26% de Thales et Dassault Aviation 25% au 
sein d'un pacte d'actionnaires marqué par des relations parfois 
tendues, notamment lors de la nomination des derniers PDG de 
Thales. 
    "La signalisation ferroviaire est dans le 'core business' 
des activités de Thales qui est en charge du développement des 
grands systèmes dans beaucoup de secteurs", explique Eric 
Trappier, PDG de Dassault Aviation dans une déclaration 
transmise à Reuters. 
    "Donc l'actionnaire Dassault Aviation soutient le management 
de Thales dans le souhait de conserver cette activité", 
ajoute-t-il. 
     
    DEUX GROUPES COMPLÉMENTAIRES  
    Thales avait souligné en septembre dans un communiqué qu'il 
n'avait jamais été question de vendre son activité ferroviaire 
au géant chinois CRRC  601766.SS , contrairement aux 
déclarations de l'ancien ministre de l'Economie Arnaud 
Montebourg. 
    Le groupe avait souligné que son accord signé avec CRRC 
était purement commercial et non exclusif, dans le but de faire 
en sorte que ses solutions soient compatibles avec tous les 
constructeurs de matériel roulant.  
    Une porte-parole d'Alstom a rappelé que le groupe n'avait 
jamais caché son intérêt pour l'activité de signalisation de 
Thales mais a souligné qu'aucun mandat n'avait été donné à une 
banque pour engager un processus en ce sens. 
    Selon latribune.fr et Le Monde, Rothschild travaille en 
amont sur le sujet pour le compte d'Alstom. 
    Les activités des deux groupes sont complémentaires.  
    Thales a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 1,5 
milliard d'euros dans les transports (sur un total de 14,1 
milliards), bénéficiant notamment d'un méga-contrat de 
signalisation du métro londonien.  
    Le groupe a dit mercredi dernier tabler sur une croissance 
organique à "deux chiffres" en 2016 de son pôle transport, après 
un bond de 24,6% sur les neuf premiers mois de l'année. 
  
    Sous la houlette de son nouveau PDG, Henri Poupart-Lafarge, 
Alstom, qui a pour rival le canadien Bombardier  BBDb.TO , veut 
se développer au-delà de la construction de matériel roulant en 
évoluant vers l'intégration des différents systèmes de 
transports à la fois entre eux et au sein des villes. 
  
    Recentré sur les transports après la cession de ses 
activités d'énergie à General Electric  GE.N , Alstom, dont 
Bouygues  BOUY.PA  détient 29%, a réalisé un chiffre d'affaires 
de 6,8 milliards d'euros et dégagé une marge d'exploitation de 
5,3% lors de son exercice 2015-16 clos le 31 mars. Il publiera 
ses résultats semestriels le 9 novembre. 
    Pour relancer le site de Belfort d'Alstom, l'Etat a annoncé 
début octobre une commande controversée d'environ 500 millions 
d'euros pour 15 TGV voués à rouler sur des voies traditionnelles 
jusqu'en 2025-2030 au moins.   
 
 (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant