Thales en mode croissance accélérée pour les années à venir

le , mis à jour à 09:35
0
    * Croissance organique prévue à 5% environ par an d'ici 2018 
    * CA et Ebit meilleurs que prévu en 2015 
    * Dividende relevé à E1,36 
    * Prises de commandes en hausse de 31% à un record de E18,9 
mds 
 
    par Cyril Altmeyer 
    PARIS, 23 février (Reuters) - Après des années à la peine, 
Thales  TCFP.PA  est enfin passé à la vitesse supérieure, 
affichant des ambitions de croissance soutenue sur la base de 
prises de commandes record et bien réparties entre ses 
activités. 
    Signe de sa confiance retrouvée, l'équipementier spécialisé 
dans l'aérospatiale, le transport et la défense a annoncé mardi 
avoir relevé son dividende pour 2015 à 1,36 euro par action, 
après l'avoir maintenu à 1,12 euro l'année précédente. 
    "On a une suffisamment bonne visibilité aujourd'hui pour à 
la fois s'engager sur 2016 mais aussi sur 2017 et 2018", a 
déclaré le PDG Patrice Caine à des journalistes. 
    Thales vise désormais une croissance organique de son 
chiffre d'affaires de l'ordre de 5% chaque année jusqu'en 2018, 
et non plus de 2 à 3%, après avoir enregistré l'an passé un 
rythme de 4,5%, portant ses ventes à un niveau de 14,063 
milliards d'euros supérieur aux attentes. 
    Le groupe a profité d'un bond de 31% de ses prises de 
commandes, à 18,9 milliards d'euros, soutenues par un 
méga-contrat de signalisation du métro londonien et des 
commandes d'avions de combat Rafale de Dassault Aviation 
 AVMD.PA  en Egypte et au Qatar, donnant un "book-to-bill" de 
1,34. 
    "Aujourd'hui on a dans nos prévisions de prises de commandes 
la même résilience qu'en 2015, avec un étalement géographique 
qui est tout à fait rassurant", a estimé Patrice Caine. 
    Il a précisé ne pas avoir décelé de changement de 
comportement des clients du groupe malgré les tensions 
macroéconomiques de ces dernières semaines. 
     
    PAS DE FIN DE CYCLE HAUSSIER DANS L'AÉRONAUTIQUE 
    Tandis qu'une reprise dans les télécoms civils bénéficie à 
l'activité spatiale du groupe, l'aéronautique reste portée par 
les hausses de cadence de production d'Airbus  AIR.PA  et Boeing 
 BA.N  sur fond de croissance continue du trafic aérien. 
    "Très honnêtement, pour nous, on ne voit pas de fin de cycle 
haussier", a souligné Patrice Caine, cherchant à dissiper des 
inquiétudes apparues sur le marché. 
    Thales a en outre amélioré d'un point son taux de marge 
opérationnelle l'an passé, à 8,6%, et confirmé son objectif de 
9,5%-10% à l'horizon 2017-2018. 
    Pour 2016, le groupe prévoit une nouvelle hausse de son 
bénéfice opérationnel (Ebit), à 1,300-1,330 milliard d'euros, 
après avoir là aussi dépassé les attentes l'an passé, espérant 
ramener à l'équilibre son activité transport, son seul point 
noir. 
    Thales a également plus que doublé son free cash flow 
opérationnel en 2015, à 1,110 milliard d'euros. 
    Le constructeur naval militaire DCNS, dont Thales détient 
35%, a annoncé lundi viser une hausse de l'ordre de 10 à 15% de 
son bénéfice net en 2016, après avoir renoué avec les profits en 
2015, et espère décrocher un méga-contrat de sous-marins en 
Australie cette année.   
    L'action Thales a cédé 3,46% depuis le début de l'année, 
surperformant l'indice SBF 120  .SBF120  (-7,37%), pour terminer 
à 66,71 euros lundi, soit une capitalisation de 14,07 milliards. 
 
 (Edité par Benjamin Mallet) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant