Thales-Dassault veut un PDG en externe, l'Etat en interne-sces

le
0

* Antoine Bouvier, patron de MBDA, le plus souvent cité * Jean-François Cirelli, ex-numéro deux de GDF Suez également évoqué * L'APE préfère Patrice Caine, actuel numéro 2 de Thales par Cyril Altmeyer PARIS, 6 novembre (Reuters) - Dassault Aviation AVMD.PA préfère recruter en externe le futur PDG qui doit succéder à Jean-Bernard Lévy chez Thales TCFP.PA , afin d'éviter de renouer avec les querelles qui ont émaillé l'histoire du groupe, tandis que l'Etat est favorable à une solution interne afin d'assurer la continuité, a-t-on appris auprès de trois sources proches du dossier. L'Etat, premier actionnaire de l'équipementier de défense, avec 27% du capital, et Dassault Aviation, avec 26%, doivent se mettre d'accord en un temps record, l'assemblée générale d'EDF EDF.PA qui doit formaliser la nomination de Jean-Bernard Lévy étant prévue le 21 novembre prochain. Le gouvernement a annoncé le 15 octobre le remplacement d'Henri Proglio à la tête d'EDF par Jean-Bernard Lévy, nommé fin 2012 à la tête de Thales. ID:nL6N0SA1I7 "Dassault veut absolument éviter les baronnies et les luttes intestines de l'ère Vigneron", a déclaré l'une des sources proches du dossier. La succession de Luc Vigneron, poussé vers la sortie sur fond de grogne interne, avait déjà donné lieu à d'âpres discussions entre l'Etat et Dassault Aviation en 2012, pour aboutir juste avant Noël à un consensus, avec le choix de Jean-Bernard Lévy, qui venait de quitter Vivendi VIV.PA six mois plus tôt. Le nom d'Antoine Bouvier, PDG du fabricant de missiles MBDA depuis sept ans, est celui qui revient le plus souvent pour succéder à Jean-Bernard Lévy, tandis que celui de Jean-François Cirelli, numéro deux sortant de GDF Suez GSZ.PA , est l'un des derniers en date à circuler, ont précisé plusieurs sources. ID:nL6N0SG5HT En interne, Patrice Caine, actuel numéro deux de Thales nommé par Jean-Bernard Lévy, a la préférence de l'Agence des participations de l'Etat (APE). S'il devait se résoudre finalement à une solution interne, Dassault serait toutefois plus favorable au profil présenté par Pierre-Eric Pommellet, le responsable des systèmes de mission de défense de Thales, a souligné une deuxième source. Pascale Sourisse, chargée du développement international, connue pour son caractère bien trempé, paraît d'ores et déjà disqualifiée, Dassault Aviation l'ayant déjà écartée il y a deux ans, a-t-on ajouté. La multiplicité des noms cités rend toutefois difficile les pronostics, d'autant que la nomination de Jean-Bernard Lévy avait elle-même en son temps créé la surprise dans le milieu de la défense. Une chose est certaine : Dassault Aviation n'a guère apprécié d'avoir été mis devant le fait accompli lors de l'annonce surprise de la nomination de Jean-Bernard Lévy à la tête d'EDF, après moins de deux ans d'un mandat au cours duquel il a fait l'unanimité en interne, a expliqué la deuxième source. Pour le poste de PDG chez Thales, "Lévy était le choix d'(Emmanuel) Macron. C'est lui qui a la main à Bercy sur le successeur", a dit une troisième source. L'actuel ministre de l'Economie était à l'époque secrétaire général adjoint à l'Elysée et à ce titre conseiller économique de François Hollande. Dassault Aviation et Bercy n'ont pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat. (Edité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant