Thaïlande: une tablette par élève, gadget ou progrès?

le
0
Thaïlande: une tablette par élève, gadget ou progrès?
Thaïlande: une tablette par élève, gadget ou progrès?

Dans une classe du nord thaïlandais, des élèves font glisser leurs doigts sur des écrans tactiles. Comme eux, 850.000 écoliers utilisent des tablettes censées améliorer un système éducatif sujet à polémique, mais certains doutent de la pertinence d'un programme qui va être généralisé. A l'école Ban San Kong de Mae Chan, dans la province de Chiang Rai, 90 enfants de première classe de primaire ont reçu gratuitement l'an dernier ce nouvel outil électronique, dans le cadre de l'initiative "une tablette par enfant" promise par le gouvernement lors de la campagne électorale de 2011.Aujourd'hui, ils sont passés en classe supérieure. Avec leurs tablettes.Ecouteurs vissés sur les oreilles, pendant une heure, l'un massacre une chanson en anglais, un autre regarde un dessin animé sur la vie du révéré roi Bhumibol, un troisième fait un jeu mathématique. Alors que l'année scolaire vient de commencer, ils "révisent" les leçons de l'an dernier car les nouveaux contenus ne sont pas arrivés.L'institutrice, pas encore formée, semble un peu désemparée. "J'ai quelques connaissances, j'utilise un iPad à la maison", explique Siriporn Wichaipanid. Mais "si je ne comprends pas, je ne peux pas enseigner aux enfants".Pour les enseignants de cet établissement rural qui accueille principalement des enfants de la minorité ethnique akka, dont le thaï n'est pas la langue maternelle, l'expérience est pourtant plutôt positive."Les élèves ne parlent pas bien thaï mais quand ils ont les tablettes, ils peuvent écouter les sons (...) et répéter", explique Wannawadee Somdang, institutrice de ces enfants l'an dernier.Un bénéfice limité par le fait que seuls deux des 90 élèves ont le droit d'emporter leur tablette chez eux, où il n'y a parfois pas l'électricité et où les parents ne connaissent rien à ce nouvel outil."Ils n'ont pas le Wi-fi et ce n'est pas facile pour eux de charger les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant