Thaïlande : un riche Japonais à la tête d'une «usine à bébés» ?

le
0
Thaïlande : un riche Japonais à la tête d'une «usine à bébés» ?
Thaïlande : un riche Japonais à la tête d'une «usine à bébés» ?

Parallèlement à l'affaire du bébé trisomique rendu par un couple d'Australiens à sa mère porteuse thaïlandaise, la police de Bangkok enquête sur un riche homme d'affaires japonais soupçonné d'avoir eu une dizaine d'enfants avec des mères porteuses en Thaïlande, dans ce qui s'apparenterait à «une usine à bébés».

Les policiers thaï examinaient mardi un échantillon d'ADN de ce fils de milliardaire, qui n'a pu être entendu, étant reparti au Japon. Son avocat thaïlandais, Kong Suriyamontol, a remis lundi l'échantillon, «prélevé au Japon avec les autorités compétentes», a-t-il assuré. «Nous vous tiendrons informés quand nous aurons les résultats des tests ADN» transmis par la police scientifique, a déclaré mardi le commandant de police Naiyawat Phadermchit.

Début août, neuf bébés, apparemment nés de mères porteuses, avaient été découverts dans un appartement de la capitale thaïlandaise. Les neufs bébés vivaient dans un même immeuble avec neuf femmes. Une dixième, enceinte, a ensuite indiqué être une mère porteuse. 

Une «chasse à l'homme»

L'homme n'a été identifié qu'après une «chasse à l'homme» menée sur les forums internet, alors que circulait une photo de l'individu, apparemment prise au contrôle d'immigration d'un aéroport. Une copie de son passeport a également été scannée et diffusée par la presse, après son départ de Bangkok pour Macau, il y a deux semaines.

Mitsutoki Shigeta, 24 ans, est le fils aîné d'un milliardaire nippon du monde des télécoms. Ses mésaventures ont fait chuter à la Bourse de Tokyo l'action de l'entreprise fondée et présidée par son père : le titre de la société Hikari Tsushin, qui gère un réseau de vente de téléphones portables à travers le Japon depuis 1994, ne valait plus que 6.740 yens mardi en clôture contre 7.610 yens le 7 août, soit un recul de 11,4 %.

Son père, Yasumitsu Shigeta, 49 ans, s'est classé par le passé au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant