Thaïlande : un nouveau mort à Bangkok en marge des manifestations

le
0
Thaïlande : un nouveau mort à Bangkok en marge des manifestations
Thaïlande : un nouveau mort à Bangkok en marge des manifestations

Un homme a ouvert le feu sur un camp de manifestants samedi à Bangkok, non loin du siège du gouvernement thaïlandais, faisant un mort, dernier épisode violent d'une crise politique qui n'en finit pas de durer. Trois autres personnes ont été blessées dans cette dernière attaque, ont précisé les secours sur place. Le bilan s'élève désormais à huit personnes tuées en marge des manifestations, la plupart du temps dans des circonstances troubles. Au total, quelque 400 personnes ont été blessées depuis début décembre. Depuis deux mois, les manifestants réclament le départ de la Première ministre Yingluck Shinawatra, accusée d'être la marionnette de son Frère Thaksin, en exil depuis 2006.

L'assaillant a pu s'enfuir. En Thaïlande, l'intervention d'un tireur non-identifié, mettant de l'huile sur le feu en cas de crise, n'a rien d'une première, les deux camps s'accusant généralement ensuite mutuellement de cette provocation. Akanat Promphan, porte-parole des manifestants, a dénoncé «une tentative d'inciter à la violence et à la haine». «Nous allons renforcer les mesures de sécurité à tous nos check-points», a-t-il ajouté. Le manifestant tué faisait partie du service de sécurité des manifestants.

Attaque du stade de Bangkok

Survenue avant l'aube, cette attaque intervient deux jours après une dernière poussée de violences qui avait fait deux morts (un policier et un manifestant) et plus de 150 blessés, quand les manifestants avaient tenté de prendre le stade de Bangkok où avaient lieu les inscriptions des candidats aux prochaines législatives.

Elle met un peu plus sur la sellette la Première ministre Yingluck Shinawatra, face à une mobilisation qui ne faiblit pas -malgré une pause attendue à l'occasion des fêtes du Nouvel An- et a mobilisé récemment jusqu'à plus de 150.000 manifestants par jour. Depuis deux mois, les manifestants réclament son départ, l'accusant d'être la marionnette de son frère ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant