Thaïlande : les opposants redescendent dans la rue

le
0
Thaïlande : les opposants redescendent dans la rue
Thaïlande : les opposants redescendent dans la rue

Des milliers de manifestants réclamant la chute du gouvernement thaïlandais ont à nouveau défilé dimanche à Bangkok. «C'est notre premières marche cette année, pour donner le coup d'envoi du bouclage», a déclaré Anchalee Paireerak, une porte-parole du mouvement.

Les opposants  ont par ailleurs promis de totalement bloquer la capitale à partir du 13 janvier. Ils ont prévu d'installer des scènes à travers la ville, de bloquer des carrefours importants, d'empêcher les fonctionnaires d'aller travailler et de couper l'eau et l'électricité dans les bâtiments officiels et aux domiciles de la Première ministre Yingluck Shinawatra et de ses ministres.

Cette crise politique dure maintenant depuis plus de deux mois et qui a déjà fait huit morts. Les opposants au gouvernement, qui ont réuni jusqu'à plus de 150.000 personnes par jour avant une pause pour le Nouvel an, accusent Yingluck d'être la marionnette de son frère Thaksin, qu'ils haïssent, et veulent se débarrasser de ce qu'ils appellent le «système Thaksin». Les manifestants, alliance hétéroclites des élites de Bangkok, de groupes ultra-royalistes ou de planteurs d'hévéas du sud, veulent remplacer le gouvernement par un "conseil du peuple" non élu.

Pour tenter de désamorcer la crise politique, Yingluck, au pouvoir depuis l'été 2011, a dissous le parlement et convoqué pour le 2 février des élections anticipées dont son parti est favori. Mais le principal parti d'opposition, le Parti démocrate, a annoncé son boycott du scrutin et les manifestants ont promis d'empêcher le vote. Ils ont déjà empêché l'enregistrement des candidatures dans plusieurs provinces du sud, bastions des Démocrates.

L'ancien Premier ministre, renversé par un coup d'Etat en 2006, reste malgré son exil le personnage le plus aimé et le plus détesté du royaume, divisant le pays entre entre masses rurales et urbaines défavorisées du Nord et du Nord-Est, qui l'adorent, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant