Thaïlande : les opposants continuent de paralyser Bangkok

le
0
Thaïlande : les opposants continuent de paralyser Bangkok
Thaïlande : les opposants continuent de paralyser Bangkok

Des milliers de manifestants thaïlandais ont marché mardi sur des bâtiments officiels, au deuxième jour de leur opération de «paralysie» de Bangkok, visant à chasser le gouvernement et à faire obstacle aux élections de février. Les militants mobilisés depuis plus de deux mois ont empêché les fonctionnaires de plusieurs administrations d'aller travailler pour intensifier leur pression sur la Première ministre, Yingluck Shinawatra, et tenter de faire remplacer le gouvernement par un «conseil du peuple» non élu.

Tandis que plusieurs carrefours clé du centre étaient bloqués, des milliers de manifestants étaient rassemblés devant le siège des Douanes, empêchant les employés d'entrer. Les manifestants visaient aussi les ministères du Travail, du Commerce et des Technologies de l'Information, une tactique qu'ils ont plusieurs fois utilisée depuis le début du mouvement.

«Ce n'est pas une démocratie, c'est une autocratie», a justifié un des leaders du mouvement, Satish Sehgal, dénonçant le gouvernement «d'un seul homme», Thaksin Shinawatra, frère de Yingluck. Au-delà de Yingluck, qu'ils accusent d'être une marionnette de son frère, les manifestants veulent se débarrasser de ce qu'ils appellent le «système Thaksin» associé, selon eux, à cette corruption généralisée.

L'ancien Premier ministre, renversé par un coup d'Etat en 2006, reste le personnage à la fois le plus aimé et le plus détesté du royaume. Le mouvement actuel a d'ailleurs été déclenché par un projet de loi d'amnistie que l'opposition estimait taillée sur mesure pour permettre le retour du milliardaire, en exil pour échapper à une condamnation à la prison pour malversation financière.

Rencontre entre Yingluck et les opposants mercredi

Pour tenter de sortir de la crise qui a déjà fait huit morts, Yingluck a convoqué des législatives anticipées le 2 février. Son parti Puea Thai est donné une nouvelle fois gagnant et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant