Thaïlande : les manifestants prêts à former un gouvernement

le
0
Thaïlande : les manifestants prêts à former un gouvernement
Thaïlande : les manifestants prêts à former un gouvernement

Le scénario relève de la fiction, mais il révèle l'ampleur du vide politique dont souffre la Thaïlande. Au lendemain de la destitution de la Première ministre et de la nomination d'un gouvernement intérimaire, les manifestants mobilisés depuis des mois dans les rues de Bangkok se disent prêts à former leur propre gouvernement. Leur porte-parole, Akanat Promphan, estime que le Premier ministre par intérim, Niwattumrong Boonsongpaisan, nommé mercredi, bien qu'agissant dans un cadre légal, «n'a aucune légitimité».

Les manifestants ne se sont pas satisfaits du seul départ de Yingluck Shinawatra, incarnation du "clan" au pouvoir depuis 2001. Le Premier ministre par intérim est aussi un proche de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, frère de Yingluck, resté très influent malgré son exil après un coup d'Etat en 2006. Ils annonceront ce vendredi, lors d'une grande journée d'action, la liste des membres de ce qui ressemble fort au «conseil du peuple», non élu, auquel aspire l'opposition. 

Une décision très attendue de la Commission anticurruption

Leur initiative risque d'être perçue comme une provocation. «C'est la ligne rouge à ne pas franchir. Ou bien les Chemises rouges (qui soutiennent Shinawatra) descendront en masse», redoute l'analyste indépendant David Streckfuss. «Si, comme on s'y attend, aucun compromis politique n'est trouvé, et que l'opposition continue de chercher à faire tomber ce qui reste du gouvernement intérimaire par des moyens judiciaires, il y aura un risque accru que des paramilitaires des Chemises rouges mènent des actions sporadiques», résume de son côté Alecia Quah, analyste spécialisée en sécurité.

Une deuxième décision judiciaire, attendue dans les prochains jours, peut-être dès jeudi, vient nourrir les espoirs des manifestants thaïlandais. La Commission anticorruption (NACC) pourrait forcer au départ ce qui reste du gouvernement, si elle le reconnaissait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant