Thaïlande : le pouvoir cède-t-il aux manifestants ?

le
0
Photo prise à Bangkok, lundi.
Photo prise à Bangkok, lundi.

Des milliers de manifestants thaïlandais ont été autorisés mardi à entrer au siège du gouvernement et au quartier général de la police de Bangkok, les policiers quittant leurs postes, possible tournant dans une crise politique ayant dégénéré en de violents affrontements. La raison de ce soudain changement de position, qui a eu pour premier effet des embrassades entre manifestants et policiers, n'était pas encore très claire mardi après-midi. "Afin de réduire la tension entre les manifestants et la police, les barrières ont été ouvertes pour laisser les manifestants entrer dans l'enceinte", a justifié le centre de crise du gouvernement. La Premier ministre, Yingluck Shinawatra, a de son côté quitté la capitale pour se rendre dans la station balnéaire de Hua Hin, où le roi Bhumibol réside, en préparation des célébrations du 86e anniversaire du révéré monarque jeudi, qui devrait marquer une pause dans la crise.Réunissant jusqu'à 180 000 personnes dans la rue, l'opposition conteste l'autorité de Yingluck depuis plusieurs semaines, l'accusant d'être la marionnette de son frère, Thaksin Shinawatra, chassé des mêmes fonctions par un coup d'État en 2006. Même si la Premier ministre reste à son poste, l'opposition a crié victoire. "La victoire est dans les mains de l'armée du peuple. Nous sommes en mesure de prendre tous les bâtiments clés du gouvernement", a assuré Issara Somchai, un des meneurs de la contestation, devant une foule en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant