Thaïlande : la loi martiale décrétée, des législatives prévues début août

le
0
Thaïlande : la loi martiale décrétée, des législatives prévues début août
Thaïlande : la loi martiale décrétée, des législatives prévues début août

La loi martiale, mais pas de coup d'Etat. C'est le message que cherche à faire passer l'armée thaïlandaise, qui s'est déployée ce mardi dans les rues de Bangkok, la capitale de la Thaïlande. Après avoir menacé d'intervenir la semaine dernière en raison de la crise politique qui agite le pays depuis six mois en faisant 28 morts, l'armée a décrété la loi martiale, tout en appelant au dialogue. Quelques heures plus tard, le Premier ministre par intérim a annoncé la tenue d'élections législatives le 3 août.

«Déclarer la loi martiale n'est pas un coup d'Etat», mais vise «à restaurer la paix et l'ordre public (...), le temps d'un retour au calme», a expliqué l'armée dans une annonce télévisée. Des soldats et véhicules militaires ont pris position, notamment dans le secteur des hôtels et des chaînes de télévision. Des points de contrôle ont aussi été dressés à proximité d'une manifestation pro-gouvernementale, dans la banlieue de la ville. L'armée a par ailleurs demandé aux manifestants pro et anti-gouvernementaux de rester sur leurs sites respectifs. Le général Prayut Chan-O-Cha a invité les «deux parties de discuter».

Les médias des deux camps censurés

L'armée a décrété la censure des médias dans l'intérêt de la «sécurité nationale», selon une déclaration lue sur toutes les chaînes de télévision et de radio. Elle «interdit à tous les médias de rapporter ou de distribuer toute information ou toute photographie nuisibles à la sécurité nationale», a précisé la déclaration du général Prayut Chan-O-Cha. L'armée a aussi privé d'antenne dix chaînes, dont les très partisanes BlueSky (pro-opposition) et, du côté des pro-gouvernement, AsiaUpdate et UDD, au motif qu'elles risquent de «déformer l'information» et d'«aggraver le conflit».

Le gouvernement intérimaire n'avait pas été avisé par les militaires qu'ils allaient déclarer la loi martiale, ce qui ne l'empêche toutefois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant