Thaïlande : des opposants s'attaquent au siège du gouvernement

le
0
Thaïlande : des opposants s'attaquent au siège du gouvernement
Thaïlande : des opposants s'attaquent au siège du gouvernement

Des manifestants réclamant la chute de la Première ministre thaïlandaise ont tenté, samedi, d'entrer de force au siège du gouvernement. «La police a commencé des négociations» avec les quelque 2.000 assaillants de Government House, a déclaré le porte-parole de la police Piya Utayo, précisant qu'ils avaient empilé des sacs de sable pour franchir les barbelés. Les manifestants ont commencé à se disperser dans la soirée, appelant à revenir le lendemain.

Par ailleurs, des incidents ont éclaté entre opposants et partisans du gouvernement, qui organisent des manifestations rivales en ce week-end. Des dizaines de manifestants ont notamment attaqué un bus transportant des «chemises rouges» soutenant la Première ministre Yingluck Shinawatra. Ils ont jeté des pavés et des chaises en plastique sur ce véhicule coincé dans la circulation, près d'un stade où, selon la police, quelque 25 000 «rouges étaient rassemblés en soutien au gouvernement.

Samedi, les opposants avaient envahi le siège de l'armée et assiégé celui du parti au pouvoir.

«Le 1er décembre sera le jour de la victoire»

Après un pic à plus de 150 000 personnes dimanche dernier, le nombre des opposants mobilisés dans la rue pourrait grossir au cours du week-end. Les leaders du mouvement de contestation ont appelé à un dernier effort avant l'anniversaire du roi Bhumibol le 5 décembre, célébrations traditionnellement entourées de respect et qui pourraient marquer une pause dans la mobilisation.

«Le 1er décembre sera le jour de la victoire», a promis vendredi soir Suthep Thaugsuban, ancien vice-Premier ministre et figure de proue du mouvement, qui a rejeté les appels au dialogue du pouvoir. Il avait annoncé de nouvelles cibles pour ce dimanche et appelé à marcher jusqu'au siège du gouvernement, lourdement protégé. Les manifestants, à la stratégie peu claire, se sont également dirigés vers deux groupes publics de télécommunications, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant