TGV et Intercités : tous les gros retards indemnisés

le
0
TGV et Intercités : tous les gros retards indemnisés
TGV et Intercités : tous les gros retards indemnisés

À la SNCF, les trains peuvent prendre du retard, l'application des règlements européens, aussi. Le 1er décembre, la compagnie ferroviaire appliquera un texte de Bruxelles qui va améliorer la vie des voyageurs.

 

Selon nos informations, dès jeudi, dès qu'un TGV ou un Intercités arrivera à destination avec trente minutes de plus que l'horaire prévu, le voyageur sera indemnisé, quel que soit le motif de ce retard. Et plus simplement si la SNCF est responsable. Une règle qui aurait dû profiter à tous depuis fin 2014, mais que l'entreprise s'est bien gardée de faire savoir.

 

Pour preuve, les modalités d'indemnisation qui sont encore consultables sur son site Internet. Il est indiqué que l'usager est dédommagé uniquement si le retard est imputable à l'entreprise. Les accidents de personne, actes de malveillance et les problèmes météo ne sont donc pas pris en compte.

 

« Il est vrai que les termes et conditions prêtent à confusion », s'étonne une source à Bruxelles, qui précise pourtant « qu'aucune plainte sur la non-application du règlement par la SNCF n'a été déposée ». « On s'est engagé auprès de la DGCCRF pour se mettre aux normes. C'est un gros projet, ça a pris du temps, se défend la SNCF. On a, malgré tout, compensé beaucoup de retards, même quand ils n'étaient pas de notre responsabilité. Sauf que nous n'avons jamais communiqué dessus. »

 

Une politique plus généreuse que ce que prévoit l'europe

 

Pour comprendre comment la compagnie en est arrivée là, il faut remonter à 2007. L'Europe décide alors d'accorder davantage de droits aux voyageurs. Un texte est voté, qui entre en vigueur le 3 décembre 2009. Pour ménager les susceptibilités nationales, ce texte précise qu'un pays peut demander à être exempté pendant cinq ans, renouvelables deux fois, soit jusqu'en 2024. La France a demandé une faveur jusqu'en 2014, mais rien par la suite. Pourquoi ? Le gouvernement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant