TGV Est : un essai à risque mené trois jours avant le drame

le , mis à jour à 07:26
0
TGV Est : un essai à risque mené trois jours avant le drame
TGV Est : un essai à risque mené trois jours avant le drame

Les vitesses exigées lors des séances d'essais du TGV Est sur la nouvelle portion de voie ferrée à grande vitesse entre Baudrecourt (Moselle) et Vendenheim (Bas-Rhin) étaient-elles tenables ? Une vidéo réalisée le 11 novembre 2015 grâce à une caméra GoPro installée dans la cabine de pilotage, trois jours avant le déraillement qui a fait 11 morts à Eckwersheim (Bas-Rhin), révèle la grande difficulté du conducteur du TGV à respecter les vitesses inscrites sur sa feuille de route. La retranscription de ce film de près de vingt minutes par les enquêteurs, que nous avons pu consulter, laisse apparaître une équipe d'essais — quatre salariés de la SNCF et de Systra (une filiale de la SNCF et de la RATP spécialisée dans la conception des infrastructures de transport) — très inquiète.

 

Ainsi, alors que le TGV fonce à 357 km/h, il doit passer au point kilométrique (PK) 398 à la vitesse de 330 km/h. L'un des cheminots prévient : « Il y a 27 km/h à perdre là, on les perdra pas en 700 m. » Il conseille alors au conducteur du TGV d'anticiper le freinage. « Faut qu'on freine avant, il faut qu'on soit en freinage au 398, donc ça veut dire qu'il faut freiner 500 m avant. » Et de préciser : « Un peu après le 397, on freine, terminé, on va pas jouer aux cons. » Une stratégie payante.

 

Dès le PK 396, la vitesse passe effectivement de 357 à 349 km/h pour atteindre, finalement, au fameux PK 398, une vitesse proche de celle requise avec 331,2 km/h au compteur. Mais le plus dur reste à venir. Le passage qui inquiète véritablement l'équipe d'essai se situe au PK 400. Là, il faut passer de 330 à 230 km/h. « C'est 100 km/h à perdre sur 1,7 km, résume l'un d'eux. C'est là le plus embêtant. » Comme pour se convaincre que tout va bien se passer, l'un des cheminots tente de rassurer : « Je pense que c'est faisable, et puis, si c'est vraiment juste, tu feras un coup de pichenette ( NDLR : un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant