TGV accidenté : des dysfonctionnements en pagaille

le
4
La rame est sortie des rails à la vitesse de 243 km/h alors que la vitesse dans cette portion est limitée à 172 km/h.
La rame est sortie des rails à la vitesse de 243 km/h alors que la vitesse dans cette portion est limitée à 172 km/h.

Le TGV a freiné trop tard. Le constat d'enquête immédiate, présenté aujourd'hui par le patron des audits des chemins de fer français Christian Cochet, montre que la vitesse de 360 km/h a été maintenue pendant environ un kilomètre de trop. Mais pourquoi ? Selon nos informations, une communication depuis un téléphone portable était en cours dans la cabine de conduite : a-t-elle perturbé le conducteur avant l'accident dans la courbe d'Eckwersheim ? Elle aurait pu en effet retarder d'une poignée de secondes la décision d'enclencher la séquence de freinage de 350 km/h vers 172 km/h.

Conséquence, la rame a abordé la courbe à 265 km/h et, sous l'effet de la force centrifuge créée par la courbe, est sortie des rails à 243 km/h, heurtant le pont. Un accident qui présente quelques points communs avec celui du TGV espagnol à Saint-Jacques-de-Compostelle où le conducteur s'est arrêté de téléphoner quand il a vu arriver la courbe. Une différence fondamentale toutefois, l'accident de la SNCF concerne des essais pendant lesquels des sécurités sont désactivées. Il ne se serait vraisemblablement pas produit en exploitation commerciale avec des passagers.

Des procédures à clarifier

Quand Guillaume Pepy, patron de la SNCF, aborde les causes de cet accident du TGV qui a fait onze victimes à l'extrémité de la nouvelle ligne Paris-Strasbourg, il évoque « les facteurs organisationnels et humains » et refuse de parler d'erreur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 19 nov 2015 à 18:31

    Il paraît même qu'il y avait des enfants à bord...on rêve, absolument, imaginons des gosses de pilotes dans un prototype aéronautique !!!!!! Sacrée SNCF, tout à virer du balayeur au PDG !!!!!!

  • M8252219 le jeudi 19 nov 2015 à 18:19

    le syndicat cgt dirige en sous-main mais en réalité la sncf et ramasse la monnaie brandissant la grève nationale au moindre signe de reprise en main par la direction. Entreprise vivant sur le dos des contribuables.

  • ANOSRA le jeudi 19 nov 2015 à 17:24

    Les notions de sécurité à la SNCF ne sont pas à la hauteur des risques: serrage archaïque des éclisses, barrières de passage à niveau sans "pré-signalement", présence de passagers dans la cabine du conducteur ...

  • vmcfb le jeudi 19 nov 2015 à 16:52

    On commence à avoir l'habitude avec les agents de la SNCF.. Ils ne sont jamais responsables, même lorsqu'ils ne serrent pas des boulons sur une voie qu'is sont chargés de vérifier: faute des agents, et faute du management, avant évidemment la faute de l'entreprise elle-même.