TF1 plaide sa cause devant le CSA pour la gratuité de LCI

le
1
TF1 PLAIDE POUR LA GRATUITÉ DE LCI DEVANT LE CSA
TF1 PLAIDE POUR LA GRATUITÉ DE LCI DEVANT LE CSA

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - TF1 a plaidé mercredi devant le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour un passage en gratuit de LCI, réaffirmant qu'il serait contraint de fermer la chaîne d'information si elle devait rester dans le "ghetto" du payant.

Pendant deux heures trente d'audition, les dirigeants du groupe de télévision se sont attachés à relativiser l'impact d'un LCI gratuit sur les chaînes concurrentes pour tenter de convaincre les membres du CSA après l'échec d'une première tentative en 2011.

Chaîne pionnière de l'information en continu, LCI, qui fêtera ses 20 ans en juin, n'a cessé de perdre du terrain face à ses concurrentes en clair i>TELE (groupe Canal+) et BFMTV (groupe NextRadioTV) et peine à trouver des ressources suffisantes auprès de ses distributeurs pour continuer à exister, a expliqué TF1.

"Vingt ans, ce n'est pas un âge pour mourir", a déclaré le PDG de TF1 Nonce Paolini, réaffirmant qu'il serait contraint de fermer la chaîne qui emploie 247 personnes si elle devait rester dans le "ghetto sans avenir" du payant.

La requête de TF1 suscite des oppositions, notamment des concurrents comme NextRadioTV qui font valoir que l'état du marché publicitaire ne permet pas d'absorber une chaîne de plus dont l'arrivée menacerait l'existence des acteurs en place.

"Il est faux de croire que la croissance d'une chaîne d'info se fait au détriment des autres", a assuré pour sa part Eric Jaouen, le secrétaire général de LCI, affirmant, étude à l'appui, que les parts d'audience et de marché publicitaire susceptibles d'être récupérés par LCI n'auraient qu'un impact limité sur ses concurrents.

D'ici 2019, horizon qu'elle s'est fixée pour atteindre l'équilibre, LCI vise une audience de 100.000 téléspectateurs de quatre ans et plus par quart d'heure moyen et 39 millions d'euros de recettes publicitaires.

Le CSA prévoit de réaliser sa propre étude d'impact et doit également auditionner les acteurs du secteur concernés.

C'est la première fois qu'il va être amené à faire usage de sa nouvelle prérogative lui permettant d'autoriser le passage d'une chaîne du payant au gratuit, pouvoir qui lui a été conféré l'hiver dernier dans le cadre du vote de la loi sur l'indépendance de l'audiovisuel public.

Après TF1, le CSA auditionnera le 19 mai le groupe M6 qui souhaite le passage en clair de Paris Première. Canal+ sera quant à lui entendu courant juin pour sa requête visant sa chaîne de documentaire Planète +.

Le gendarme de l'audiovisuel prévoit de rendre ses décisions avant la fin juillet.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le mercredi 7 mai 2014 à 20:21

    Si cela peut nous permettre d'avoir autre chose que la racoleuse bmf tv et ses directs à 2 balles