TF1 menace de fermer sa chaîne d'information LCI

le
0
TF1 MENACE DE FERMER LCI
TF1 MENACE DE FERMER LCI

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Le PDG de TF1 Nonce Paolini a déclaré lundi que le groupe de télévision serait contraint de fermer sa chaîne payante d'information en continu LCI s'il n'obtenait pas l'autorisation de la transformer en chaîne gratuite.

LCI est en perte de vitesse depuis plusieurs années face à ses deux concurrentes accessibles gratuitement : BFM TV, qui appartient au groupe Next Radio TV et i>TÉLÉ (Canal +, groupe Vivendi).

Sa maison-mère TF1, qui avait déjà tenté en 2011 de demander son passage en gratuit, pourrait retenter sa chance dans le cadre d'un projet d'extension des compétences du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Après un passage devant les députés, un amendement au projet de loi relatif à l'indépendance de l'audiovisuel public doit être débattu prochainement au Sénat qui donnerait la capacité au gendarme de l'audiovisuel français d'autoriser le passage d'une chaîne du payant au gratuit.

"Aujourd'hui, LCI est dans le ghetto du payant", a déploré Nonce Paolini devant des journalistes.

"L'avenir de LCI se jouera sur le clair. Le choix du clair n'est pas un choix mais une nécessité".

Prié de dire si la filiale du groupe Bouygues pourrait fermer la chaîne s'il n'obtenait pas son passage en gratuit, le PDG a répondu par l'affirmative.

Lancée en 1994, LCI a été la pionnière des chaînes d'information en France mais elle a par la suite pâti du succès des chaînes de la TNT gratuite.

Sur les six premiers mois de 2013, elle a réalisé une audience de 0,2% selon l'étude Mediamat Thématik de Médiamétrie qui mesure l'audience sur le câble, le satellite et le satellite, à comparer à 1,6% pour BFM TV et 0,7% pour i>TÉLÉ.

PAOLINI PRUDENT SUR LA PUB

La chaîne, dont l'essentiel des ressources provient des redevances que lui versent les distributeurs pour pouvoir la diffuser et le solde des recettes publicitaires, emploie environ 200 personnes. Elle a essuyé l'an dernier une perte de 5 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 36 millions.

Le passage au gratuit permettrait à la chaîne d'élargir son audience et donc de prétendre à des ressources publicitaires plus importantes, mais il n'est pas sans risque avec à la clef, notamment, des coûts de diffusion accrus.

"L'avenir de LCI se jouera sur le clair. Cela ne veut pas dire qu'il se gagnera", a reconnu Nonce Paolini.

Le concurrent M6 envisage également le passage au gratuit de sa chaîne Paris Première mais le président du directoire Nicolas de Tavernost a souligné qu'un tel projet nécessiterait des investissements de la part du groupe de télévision.

Interrogé sur le marché publicitaire qui montre des signes d'inflexion positifs, Nonce Paolini s'est montré prudent en déclarant que le groupe maintenait ses prévisions pour l'année.

"Je ne suis pas pessimiste. Je pense que l'année 2013 va être dans la droite ligne de ce qu'on avait dit en début d'année", a dit le PDG, qui constate toutefois une amélioration du "climat", confirmant des propos similaires tenus par Nicolas de Tavernost.

Depuis fin juin, le titre a flambé de plus de 47%, les investisseurs étant désormais plus optimistes sur la valeur qu'ils jugent sous-valorisée sur fond d'amélioration des audiences du vaisseau amiral TF1 et de signes timides d'inflexion du marché publicitaire.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant