Tesco veut concurrencer les banques sur leur propre terrain

le
2
TESCO VEUT CONCURRENCER LES BANQUES SUR LEUR PROPRE TERRAIN
TESCO VEUT CONCURRENCER LES BANQUES SUR LEUR PROPRE TERRAIN

LONDRES (Reuters) - Tesco Bank, la filiale de services financiers du premier distributeur britannique, a lancé mardi son premier compte chèques dans le but de faire pièce aux grandes banques du Royaume Uni et de rameuter le chaland dans les supermarchés de sa société-mère.

La filiale de Tesco espère concurrencer des établissements tels que Lloyds Banking Group, Royal Bank of Scotland, Barclays, HSBC et Santander UK, filiale de Santander, qui gèrent les trois quarts des comptes de particuliers.

Tesco, qui a subi la plus forte baisse de ses ventes trimestrielles en 40 ans, espère que cette initiative fidélisera davantage sa clientèle.

Les titulaires de comptes se verront proposer des points par le biais de la carte de fidélité Clubcard qu'ils pourront dépenser au sein des 3.000 points de vente de Tesco.

Parlementaires et régulateurs souhaitent voir de nouveaux entrants sur le marché bancaire britannique et ont promulgué l'an passé une loi permettant aux déposants de changer de banque en l'espace de sept jours ouvrés.

Selon Benny Higgins, le directeur général de Tesco Bank, le potentiel de croissance de cette nouvelle initiative est illustré par la carte de crédit de Tesco Bank, qui représente à présent 12% du marché britannique. Si la performance se répétait pour le compte chèque, Tesco Bank se retrouverait au même niveau que HSBC.

La réussite de la carte de crédit de Tesco et celle d'autres produits financiers ont de fait généré une augmentation des dépenses en magasins.

D'autres distributeurs britanniques se sont également aventurés dans les services financiers. Marks & Spencer a noué un accord de coentreprise bancaire avec HSBC. Sainsbury a lui racheté les parts de Lloyds dans une coentreprise commune en février mais ne compte pas proposer de compte chèque.

Tesco est allé plus loin que ses concurrents en ce qu'il propose toute une gamme de services et qu'il est propriétaire à part entière de sa banque.

(Matt Scuffham, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • domin288 le mardi 10 juin 2014 à 10:52

    Lire 1984 de George Orwell,puis transposer le titre en "England 2014", nouvel auteur : Tesco

  • a.laroc2 le mardi 10 juin 2014 à 10:19

    faites virer votre salaire directement chez carrefour ou leclerc ça ira plus vite ils veulent tout bouffer mais sous couvert de lutter contre la vie chère ils mettent l'économie par terre