Terrorisme : un Franco-Algérien expulsé du Pakistan vers la France

le
1
Terrorisme : un Franco-Algérien expulsé du Pakistan vers la France
Terrorisme : un Franco-Algérien expulsé du Pakistan vers la France

Le Pakistan a expulsé mardi vers la France Naamen Meziche, un Franco-Algérien considéré comme un cadre historique d'Al-Qaïda et soupçonné d'être impliqué dans une filière d'apprentis jihadistes et dans des projets d'attentats en Occident. Après seize mois de détention, il a été conduit dans la nuit de lundi à mardi à l'aéroport d'Islamabad, où il a été placé dans un avion à destination de Paris via Dubaï, encadré par une escorte. L'homme est arrivé par avion dans l'après-midi à Paris où il a été interpellé pour être placé en garde à vue par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Naamen Meziche, né en 1970, avait été arrêté en mai 2012 par la police pakistanaise alors qu'il voyageait en bus avec trois autres Français dans le sud-ouest du pays, une région reculée souvent empruntée par les jihadistes car proche des zones tribales, principal bastion d'Al-Qaïda dans la région, et de l'Afghanistan. Les services de renseignement français avaient alors décrit le Franco-Algérien comme un «cadre important d'Al-Qaïda, lié à la 'cellule de Hambourg'» à laquelle appartenaient plusieurs des pirates de l'air auteurs des attentats du 11 septembre 2001, et le soupçonnaient également d'être impliqué dans des projets d'attentats en Occident à la fin des années 2000. Mais son importance au sein de la nébuleuse jihadiste reste sujette à débat.

Un dossier d'accusation fragile

Détenu au Pakistan dans des conditions difficiles -il a été un temps malade et a envisagé une grève de la faim-, Naamen Meziche est le dernier membre du quatuor de Français arrêtés en mai 2012 à rejoindre la France. Expulsés en avril dernier, les trois autres avaient été mis en examen en France pour «association de malfaiteurs en vue de commettre des actes terroristes» et placés en détention provisoire. Meziche est poursuivi et incarcéré pour le même motif, une incrimination spécifique au droit français ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • C177571 le mardi 8 oct 2013 à 19:47

    Je parie qu'il sera libre dans 15 jours!