Terrorisme : les Suisses disent «oui» à la surveillance par les services secrets

le
1
Terrorisme : les Suisses disent «oui» à la surveillance par les services secrets
Terrorisme : les Suisses disent «oui» à la surveillance par les services secrets

Les Suisses ont massivement répondu «oui» dimanche par référendum à une loi autorisant les services secrets à surveiller les communications téléphoniques et les activités sur internet pour notamment déjouer les nouvelles menaces terroristes. Selon les premières estimations données par l'institut de sondage gfs.bern, 66% des électeurs ont accepté cette nouvelle loi sur le renseignement.

 

Ce scrutin intervient un mois et demi après une agression au couteau dans un train, à la frontière avec le Liechtenstein, qui a fait six blessés le 13 août dernier. Deux personnes, dont l'agresseur, sont décédées des suites de leur blessures. Les motivations de l'attaque restent floues et ne seraient pas liées au terrorisme.

 

Les sondages pendant la campagne ayant précédé ce vote avaient certes prédit la victoire du «oui», mais à 53-58%, des chiffres donc très largement dépassés. En revanche, ils sont 60% à avoir dit «non» à une hausse des retraites dont le gouvernement avait souligné la charge financière très élevée qu'elle représentait. Ils ont aussi rejeté à 63% une initiative populaire défendue par les Verts qui demandaient une réduction de la consommation des ressources naturelles.

 

La loi votée puis bloquée

 

Le «oui» à la nouvelle loi sur le renseignement est de nature à satisfaire le gouvernement qui considérait qu'il n'était plus possible de répondre aux nouvelles menaces, en particulier terroristes, avec les moyens dont disposaient les services secrets qui n'avaient le droit de collecter des informations que dans le domaine public ou si elles étaient disponibles auprès d'autres autorités. 

 

Le Parlement avait voté la loi en 2015, mais une alliance formée du Parti socialiste, des Verts et d'organisations comme le Parti Pirate qui craignent des dérives comme celles aux Etats-Unis dénoncées par Edward Snowden avait pris l'initiative de ce référendum. Cet ex-agent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 il y a 3 mois

    en France la menace est sur chaque trottoir , chaque rue avec cette nouvelle population qui se reproduit