Terrorisme : le double mea culpa de Juppé

le
1
L?ancien Premier ministre Alain Juppé adopte un parler-vrai qui tranche avec les déclarations de circonstance. 
L?ancien Premier ministre Alain Juppé adopte un parler-vrai qui tranche avec les déclarations de circonstance. 

 

Il est toujours réconfortant d'entendre des hommes d'État reconnaître leurs erreurs. C'est un gage d'honnêteté intellectuelle et de liberté politique. Et c'est ce que fait Alain Juppé, avec un courage certain, depuis les attentats qui ont frappé Paris. L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, chargé des Affaires étrangères entre 2011 et 2012, reconnaît deux erreurs d'appréciation au regard des événements historiques que vient de vivre la France.

« Nous avons échoué »

Le candidat à la primaire des Républicains a reconnu avoir oeuvré pour une cause qu'on ne peut guère contester, mais qui n'est plus aujourd'hui d'actualité : l'éviction du tyran de Damas. « Quelle était notre stratégie, celle des Américains et des Français du temps de Nicolas Sarkozy, François Fillon et moi-même et après 2012, et celle aussi des pays arabes ? a-t-il dit au micro de BFM TV. Se débarrasser de Bachar el-Assad. Nous avons échoué. Nous ne nous sommes pas donné les moyens de le faire et le signal de l'échec, c'est le jour où le président Obama a dit : utilisation des armes chimiques par l'armée syrienne = ligne rouge. La ligne rouge a été franchie et nous n'avons rien fait. »

Aujourd'hui, pour lui, le temps est passé et la situation n'est plus la même.  « Quelle est la priorité ? Se débarrasser de Bachar ou écraser Daesh ? La réponse est tout à fait claire : écraser Daesh. Donc, le président de la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M363422 le mercredi 18 nov 2015 à 16:54

    Sans partager les orientations idéologiques de A.Juppé, il faut lui reconnaître une grande honnêteté individuelle et une certaine rigueur morale. Ce qu'il dit ci dessus le prouve. Oui si erreur il y a eu elle fut pour une part à imputer à Obama qui n'a rien fait quand El Assad a utilisé des armes chimiques contre sa population.