Terrorisme: le blocage des sites internet en question

le
0
Terrorisme: le blocage des sites internet en question
Terrorisme: le blocage des sites internet en question

"Inefficace", "gênant les enquêtes", et même "dangereux pour les libertés", le dispositif défendu par le ministère de l'Intérieur visant à bloquer certains sites internet pour lutter contre le recrutement terroriste, est sévèrement critiqué par le Conseil national du numérique.Place Beauvau, on estime qu'il est urgent d'agir car ce sont désormais plus de 300 ressortissants français qui combattent en Syrie et 900 qui sont impliqués dans les filières djihadistes."Phénomène inquiétant, le temps passé entre le visionnage de contenus terroristes et le départ effectif pour combattre a tendance à diminuer, et se réduit parfois à moins de deux semaines, pour des individus souvent très jeunes", explique l'entourage du ministre de l'Intérieur à l'AFP.D'où la présentation par Bernard Cazeneuve la semaine dernière en Conseil des ministres d'un projet de loi renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme.Pour autant, l'initiative laisse sceptique le Conseil national du numérique, instance consultative indépendante que le ministre avait préalablement saisi le 25 juin sur l'article 9 du texte.Ce dernier rend effectivement possible de contraindre les fournisseurs d'accès internet à fermer "des sites diffusant des propos ou images provoquant à la commission d?actes terroristes ou en faisant l'apologie".Dans son avis rendu public mercredi, le CNN a émis une série de recommandations qui, si elles étaient appliquées, videraient de sa substance le dispositif proposé par le ministère de l'Intérieur.Arguant du fait que le contrôle des sites serait techniquement très incertain, avec en particulier des risques de surblocage observés aux Etats-Unis ou en Australie, l'instance préconise d'utiliser plutôt "des outils de surveillance déjà existants sur les moteurs de recherche, les réseaux sociaux ou les sites de vidéos".Le ministère de l'Intérieur lui a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant