Terrorisme : Farouk Ben Abbes, l'homme qui passait "du bon temps" avec les frères Clain

le
4
Fabien Clain, pris en photo par les services de renseignements à Toulouse, à la fin des années 2000. 
Fabien Clain, pris en photo par les services de renseignements à Toulouse, à la fin des années 2000. 

Comment fait-il pour passer à ce point entre les mailles du filet ? Le Belgo-Tunisien Farouk Ben Abbes, connu ces dix dernières années pour des amitiés avec tout le gratin de l'islamisme radical, est tout simplement insaisissable. Et le gouvernement vient d'échapper de justesse à un énorme naufrage judiciaire. Le 22 juillet, alors que l'islamiste de 31 ans est encore sous contrôle judiciaire pour une vieille histoire de propagande terroriste, les gendarmes viennent le cueillir dans la petite ville de Brienne, dans l'Aube, où il est assigné à résidence. Farouk Ben Abbes était déjà assigné à résidence à Toulouse depuis les attentats de novembre 2015, raconte

Le Parisien - Aujourd'hui en France. Mais les autorités avaient cru bon de lui faire quitter la ville pour toute la durée de l'Euro de football... Signe de sa dangerosité.

Ce 22 juillet, donc, Ben Abbes est expulsé par les autorités vers la Tunisie. Toujours d'après Le Parisien, le ministère de l'Intérieur justifie sa démarche par le fait qu'il est « susceptible, à tout moment, de fomenter, commettre ou apporter un soutien logistique à une action terroriste en France ». Mais au dernier moment, et alors que Ben Abbes est déjà dans son avion, un membre du cabinet ministériel donne l'ordre de le faire débarquer. L'islamiste, du fait d'un contrôle judiciaire en place depuis le 15...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mercredi 10 aout 2016 à 18:24

    le mair dier et l' inefficacité du système judiciaire français !!!!!! Il n'y a pas que le système social à abattre.

  • frk987 le mercredi 10 aout 2016 à 18:17

    Voyez censeurs de Boursorama payés par la SG, je vous souhaite d'être traduits en justice en 2018 pour apologie du terrorisme.

  • frk987 le mercredi 10 aout 2016 à 18:16

    Allons bon on tolère en prison ou au cimetière mais on refuse une garde à vue qui mal tournée, vivent les barbus de la censure.

  • jbellet le mercredi 10 aout 2016 à 17:08

    sa place est en prison ou au cimetière