Terrorisme et traumatisme : qui et jusqu'où indemniser ?

le
0
Dans le bar "Le Carillon" visé par les tirs des terroristes, un an auparavant, jour pour jour le 13 novembre 2016.
Dans le bar "Le Carillon" visé par les tirs des terroristes, un an auparavant, jour pour jour le 13 novembre 2016.

La publication d’un Livre blanc appelant à reconnaître le « préjudice d’angoisse » des victimes directes de terrorisme et le « préjudice d’attente et d’inquiétude » des proches rouvre le débat sur le « toujours plus » de réparations.

Alors que resurgit, portée par les voix des survivants, la tragédie de cette nuit du 13 novembre 2015 et que l’on retrouve, en les écoutant, le souvenir presque intact de ces heures de sidération, il peut sembler déplacé de s’interroger sur les indemnisations qui sont aujourd’hui sollicitées par les victimes en réparation du traumatisme qu’elles ont subi.

Mais ce moment de commémoration est justement celui qui a été choisi par un groupe d’avocats pour publier, dans un « Livre blanc », le fruit de leurs travaux sur l’évaluation des demandes financières qui seront soumises au Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et autres infractions (FGTI).

Soixante-dix pages nourries de témoignages destinés à convaincre les décideurs publics de franchir une nouvelle étape dans l’indemnisation, comme une réplique juridique et financière à celle franchie par l’horreur des d’attentats de novembre 2015.

Courant porté par l’émotion Au-delà des réparations exceptionnelles d’ores et déjà admises par le FGTI en raison du « caractère lâche, brutal et collectif de l’acte terroriste », les avocats sollicitent la reconnaissance de deux préjudices spécifiques : le « préjudice d’angoisse » des victimes directes et le « préjudice d’attente et d’inquiétude » des proches.

Cette démarche s’inscrit dans un courant de fond, porté par l’émotion, qui voit affleurer, à chaque catastrophe collective, de nouvelles demandes de prise en compte des victimes et une extension de leur cercle.

Les avo...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant