Terrorisme : Bernard Cazeneuve écrit à Nicolas Sarkozy

le
0
Terrorisme : Bernard Cazeneuve écrit à Nicolas Sarkozy
Terrorisme : Bernard Cazeneuve écrit à Nicolas Sarkozy

Bernard Cazeneuve est aussi un homme de lettres. Le premier flic de France a sorti sa plume pour répondre à l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, lui-même ancien locataire de la place Bauveau. Ce dernier toujours prompt à s'emparer des problématiques sécuritaires, lui avait adressé par écrit ses propositions pour mieux lutter contre le terrorisme révèle le JDD. 

Cette missive est pour le moins à fleurets mouchetés. Si le ministre de l'Intérieur remercie  Nicolas Sarkozy et sa «formation politique de s'être pleinement engagés dans la démarche de rassemblement et d'unité nationale initiée par le président de la République au lendemain des attentats des 7,8 et 9 janvier», il ne répond pas moins avec fermeté et un soupçon d'ironie. 

Première escarmouche, le rappel de la baisse des effectifs des forces de l'ordre lors du mandat de l'ex-chef d'Etat. Bernard Cazeneuve explique partager les «souhaits» de renforcement de  la coopération internationale en matière de renseignement et de réforme de l'espace Schengen.Mais il ne se prive pas de rappeler au bon souvenir de Nicolas Sarkozy « la perte de 13.700 postes dans la police et le gendarmerie au cours des dernières années», soulignant que le gouvernement organise le renforcement des moyens «humains et financiers» des forces de police et de gendarmerie.«Les budgets de la mission sécurité ont été augmentés de 730 millions d'euros depuis 2012», celui qui fut ministre du Budget avant de passer à l'Intérieur. 

Bernard Cazeneuve déroule ensuite son discours afin de répondre à chacune des propositions Sarkozy.  Sur la question du retour des jihadistes en France, il s'appuie sur la jurisprudence du conseil constitutionnel. «Le gouvernement entend continuer à retirer la nationalité française aux personnes condamnées pour des actes à caractère terroriste dès lors que les conditions légales sont réunies».

La leçon de droit de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant