Terres rares : la Chine doit s'expliquer devant l'OMC

le
0
L'Union européenne, le Japon et les Etats-Unis ont demandé l'ouverture de consultation avec la Chine auprès de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC). La procédure concerne les restrictions imposées par Pékin sur les exportations de terres rares, de tungstène et de molybdène. Si cette procédure de règlement des différends n'aboutit sur aucun accord dans les 60 jours, les plaignants pourront alors enclencher le processus juridictionnel de l'OMC. Les terres rares sont un groupe de métaux précieux indispensables à la fabrication de batteries de voitures, de smartphones, d'écrans à cristaux liquides ou encore de lampes à basse consommation. La Chine possède environ 55% des réserves mondiales et assure plus de 95% de la production globale. Depuis 2010, la Chine a décidé d'imposer des quotas d'exportation, officiellement pour protéger son environnement. L'intérêt des autorités est également de contraindre les compagnies à réaliser la transformation sur le territoire chinois afin de développer l'industrie locale.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant