Tereos veut développer le sucre haut de gamme

le
0
Avec le début de l'été austral s'achève la campagne de récolte de canne à sucre sur l'île de la Réunion.

Bientôt, ce sucre de canne traversera les océans pour arriver sur nos tables. Avec le début de l'été austral s'achève la campagne de récolte de canne à sucre sur l'île de la Réunion. Le sucre y est extrait dans deux usines de transformation détenues en majorité par le français Tereos (Béghin Say, Sucrerie de Bourbon). Elles produisent quelque 210.000 tonnes de sucre. «La Réunion est le premier producteur européen de sucre!», affirme Florent Thibault, délégué général du Syndicat du sucre dans l'ancienne île Bourbon. Cette production, issue d'une agriculture largement subventionnée grâce à la PAC, pèse toutefois peu face au 160 millions de tonnes produites annuellement, principalement à base de betterave, de par le monde.

«Nous sommes, c'est vrai, sur le marché de niche des sucres spéciaux, concède Philippe Labro, directeur de la zone océan Indien de Tereos. On est assez bien positionnés sur le mix qualité-produit. Il n'y a que l'île Maurice qui soit

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant