Tepco demande une injection de 9 milliards d'euros à l'Etat

le
0
TEPCO DEMANDE UNE INJECTION DE 9 MILLIARDS D'EUROS À L'ÉTAT JAPONAIS
TEPCO DEMANDE UNE INJECTION DE 9 MILLIARDS D'EUROS À L'ÉTAT JAPONAIS

par Taiga Uranaka et Kentaro Hamada

TOKYO (Reuters) - Tokyo Electric Power Co (Tepco), l'opérateur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a annoncé jeudi avoir demandé au gouvernement japonais une injection de 1.000 milliards de yens (9,08 milliards d'euros) afin d'assurer sa survie.

Tepco a également dit avoir sollicité de l'Etat 845,9 milliards de yens supplémentaires pour l'aider à indemniser les victimes de la crise nucléaire - la pire de ces 25 dernières années - survenue à la centrale de Fukushima après le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.

Sans ce renflouement, qui doit encore être approuvé par le ministre japonais du Commerce, Tepco, qui fournit de l'électricité à quelque 45 millions d'habitants de Tokyo et sa banlieue, pourrait devenir insolvable.

Tepco a précisé que son capital avait fondu à 620 milliards de yens, contre environ 2.000 milliards avant la catastrophe du 11 mars, soulignant ainsi l'urgence d'un plan de sauvetage.

"J'ai douloureusement conscience de la gravité extrême de notre situation financière", a déclaré le nouveau président de Tepco, Toshio Nishizawa, lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement nippon devrait, en échange de son soutien financier, prendre le contrôle de Tepco et disposer d'une option lui permettant de monter à deux tiers du capital si l'opérateur ne fait pas suffisamment d'efforts pour réformer sa gouvernance, a-t-on appris de source proche des négociations.

Tepco doit finaliser avec le gouvernement un plan de redressement, qu'il espère soumettre d'ici la mi-avril. Tepco espérait le soumettre d'ici à la fin du mois de mars, mais a pris du retard en raison de ses difficultés à se trouver un nouveau président.

Toshio Nishizawa est confronté à un immense défi, celui de restaurer la crédibilité et la rentabilité de Tepco, alors que de lourdes incertitudes planent sur l'avenir de l'énergie nucléaire au Japon.

Un seul des 54 réacteurs du pays est actuellement en activité, et il n'est aucunement garanti que les autres redémarrent, au vu des craintes de l'opinion publique japonaise quant à leur sécurité.

Natalie Huet pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant