Teodorczyk, le buteur muet

le
0
Teodorczyk, le buteur muet
Teodorczyk, le buteur muet

Vingt et un matchs, dix-sept buts. En quelques semaines passées en Belgique, Łukasz Teodorczyk est devenu un des transferts les plus efficaces de l'histoire d'Anderlecht en défonçant tous les compteurs... et parfois même les journalistes. Portrait d'un homme allergique aux conférences de presse.

Fin août dernier, alors qu'il est anderlechtois depuis quelques jours seulement, Lukasz Teodorczyk passe par cette étape obligatoire : la conférence de presse de présentation. Mais à travers ses quelques déclarations banales, le Polonais fait rapidement comprendre qu'il n'en a rien à foutre d'être là. Avant de le faire savoir officiellement : "Si ça ne dépendait que de moi et que mon ami interprète n'avait pas été à mes côtés, j'aurais déjà mis fin à l'interview depuis longtemps." Teodorczyk vient de frapper fort : en vexant le gratin du journalisme belge, le buteur de vingt-cinq ans ne sait peut-être pas qu'il sera attendu au tournant tout au long de la saison. Le souci, c'est que pour le moment, la route du Polonais ressemble plus à une grande autoroute allemande qu'à un chemin sinueux de Saint-Agrève, lui qui n'a encore vécu que cinq matchs (sur vingt et un) sans trouver la faille. Et vu qu'il parle sur le terrain, Teo ne va pas s'emmerder à s'épancher dans la presse.

Huit cents kilomètres pour rien


Journaliste pour le quotidien polonais Gazeta Wyborcza, Radoslaw Nawrot raconte dans les pages de Sport/Foot Magazine (Belgique) que l'aversion de Teodorczyk pour la presse ne date pas d'hier : "Il a toujours eu des difficultés avec les journalistes, il se méfie d'eux. Il pense que les journalistes ne sont pas nécessaires, il les voit quasiment comme une menace." Si son plus grand fait d'armes dans le domaine est plutôt récent et date de sa période au Dynamo Kiev (2014-2016) quand il rembarre un compatriote journaliste qui s'est tapé huit cents kilomètres pour l'interviewer, le Polonais savait déjà s'y prendre quand il jouait au Lech Poznań (2013-14), où il aurait réussi à bloquer le numéro de téléphone de son attaché de presse. Et depuis sa première conférence de presse retentissante en Belgique, le grand Teo a accumulé ce que les reporters nationaux prennent comme des provocations. Héros des Mauve et Blanc début octobre au Standard en offrant une victoire que les siens attendaient depuis quatre ans, il passe devant la zone de presse sans dire un mot. Plus tard, il empêche

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant