Tenter de contacter des civilisations extra-terrestres n'est pas risqué, estiment des astrophysiciens

le
1
Tenter de contacter des civilisations extra-terrestres n'est pas risqué, estiment des astrophysiciens
Tenter de contacter des civilisations extra-terrestres n'est pas risqué, estiment des astrophysiciens

(AFP) - Des astrophysiciens américains qui veulent envoyer des signaux vers des étoiles dans l'espoir d'établir un contact avec une civilisation extraterrestre ont rejeté jeudi les craintes d'autres scientifiques comme Stephen Hawking selon lesquels cette initiative pourrait menacer la Terre.Ces chercheurs à l'Institut SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) en Californie espèrent pouvoir bientôt mettre en oeuvre ce projet.

"Pendant cinquante ans, nous avons pointé des radiotélescopes vers des étoiles en quête de signaux d'autres civilisations, mais sans succès", a expliqué Douglas Vakoch, un scientifique du SETI, lors d'une présentation à la conférence annuelle de l'American Society for the Advancement of Science (AAAS) réunie cette semaine à San Jose en Californie.

"Avec ce programme Active SETI, nous inversons le processus pour prendre un rôle actif en transmettant de puissants signaux riches en informations vers d'autres mondes dans l'espoir d'avoir une réponse", a-t-il ajouté.

Ces messages seraient envoyés vers des systèmes stellaires relativement proches comptant des planètes potentiellement habitables. Selon ces astrophysiciens, une telle approche est plus prometteuse que les tentatives précédentes pour établir un contact avec des extraterrestres, telles le disque embarqué à bord des deux sondes spatiales Voyager, lancées en 1977, contenant des sons et des images sélectionnés pour faire un portrait de la diversité de la vie et de la culture terrestres.

Des signaux radio ont aussi déjà été transmis à cette fin dans le cosmos. En 1999, des scientifiques russes ont envoyé leurs propres messages avec le télescope Yevpatoria en Crimée, et en 2008, la Nasa, l'agence spatiale américaine, a transmis la chanson des Beatles "Across the Universe" vers l'étoile polaire, distante de 430 années-lumière.

En recourant aux radiotélescopes actuels les plus puissants, Seth Shostak, directeur de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clausfer le samedi 14 fév 2015 à 10:44

    Aucun danger! La preuve: regardez la soupe aux choux