Tentative de putsch au Burundi : le président réapparaît en public

le , mis à jour à 18:57
0
Tentative de putsch au Burundi : le président réapparaît en public
Tentative de putsch au Burundi : le président réapparaît en public

Cinq jours après la tentative de coup d'État qui a menacé de le renverser, le président du Burundi Pierre Nkurunziza est apparu publiquement pour la première fois dimanche à Bujumbura. Après trois semaines de contestation, la capitale burundaise connaissait un calme dominical précaire. Les manifestations pourraient reprendre dès lundi.

Depuis fin avril, le chef de l'État, au pouvoir depuis 2005, fait face à un mouvement de contestation populaire contre sa candidature à un troisième mandat pour la présidentielle du 26 juin, ceci alors que des élections législatives et communales sont théoriquement prévues dès le 26 mai. Ce pays pauvre où la malnutrition touche plus de la moitié de la population est aussi un des plus corrompus d'après le classement de l'ONG Transparency International (159e sur 174).

Le général putschiste Niyombare toujours en fuite

Les militaires putschistes avaient justifié leur tentative de coup d'Etat par le «mépris» du président envers son peuple sur cette question d'un troisième mandat, que l'opposition et la société civile jugent anticonstitutionnel. Alors que le putsch était encore en cours, le président, qui assistait en Tanzanie à un sommet régional sur la crise burundaise, était rentré dès jeudi soir d'abord dans sa région natale de Ngozi (nord) puis à Bujumbura vendredi, précipitant l'échec de la mutinerie.

Une vingtaine de putschistes, dont au moins trois meneurs, ont depuis été arrêtés et présentés à la justice. Le cerveau présumé du coup, le général Godefroid Niyombare, un ex-compagnon d'arme de Pierre Nkurunziza au sein de la guérilla hutu aujourd'hui au pouvoir, est toujours en fuite, selon les autorités.

Jeudi, des forces loyales à Nkurunziza sont allées traquer des putschistes blessés dans un hôpital de Bujumbura, avec échanges de tirs et finalement le saccage des urgences, selon des témoins.

La communauté internationale appelle au report des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant