Tensions entre Paris et Rabat : la visite de Nicolas Hulot annulée

le
1
Tensions entre Paris et Rabat : la visite de Nicolas Hulot annulée
Tensions entre Paris et Rabat : la visite de Nicolas Hulot annulée

Elles s'étaient réchauffées et même apaisées depuis un certain temps. Aujourd'hui, les relations entre la France et la Maroc ont du plomb dans l'aile. Pour preuve, la visite au Maroc de l'écologiste Nicolas Hulot, envoyé spécial du président français pour la planète, prévue ces lundi et mardi, a été annulée. Elle a été «reportée d'un commun accord», affirme Rabat sans souffler un mot sur la tension diplomatique entre les deux pays. «Dans le contexte actuel, les deux parties ont jugé préférable de reporter cette visite», a indiqué une source officielle à Rabat.

L'Université internationale de Rabat (UIR), où Nicolas Hulot devait tenir une conférence lundi après-midi sur le thème «La protection de la planète : un enjeu universel», au lendemain de son déplacement pour le même thème en Algérie, a pour sa part évoqué dans un courriel des questions «d'agenda». En réalité, rien de tel. D'ordinaire bien cadrée, la relation diplomatique entre la France et le Maroc, deux proches alliés, traverse une passe délicate en ce moment. La raison ? Trois plaintes déposées à Paris la semaine dernière contre le patron du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, pour «torture» et «complicité de torture».

Deux d'entre elles émanent de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat), une ONG qui a voulu saisir, jeudi, l'opportunité de la présence en France de ce responsable pour demander aux autorités de l'entendre. Dans la foulée, et sans passer par les canaux diplomatiques, des policiers se sont rendus à la résidence de l'ambassadeur du Maroc pour notifier au responsable du renseignement du royaume une convocation émanant d'un juge d'instruction. Dimanche, une nouvelle plainte, pour «torture», a été annoncée en France par l'avocat d'un ancien champion de boxe light-contact, Zakaria Moumni, condamné et détenu pendant 17 mois au Maroc entre 2010 et 2012.

Aussitôt après, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.guer le mardi 25 fév 2014 à 10:52

    quand est-ce qu'on cessera de se prendre pour les champions du monde en imposant aux autres notre propre vision de la chose politique ? Si, au Maroc, ils trouvent que cette méthode de gouvernement est la bonne, c'est leur droit !En outre,quand on était dans leur pays, j'ai peur que l'on recourait plutôt deux fois qu'une à ce genre de méthodes ...